Renault, Transdev et la ville de Rouen lancent un test de voiture autonome

Territoires
03 mai 2019

TENDANCE. Depuis avril 2018, les usagers de la Communauté de l’agglomération de Rouen (CAR) peuvent commander un véhicule électrique autonome depuis l’un des arrêts grâce à une application mobile. Une première en Europe, grâce à un partenariat public privé gagnant-gagnant.

La voiture autonome, c’est aujourd’hui et c’est à Rouen (76). Depuis le 18 avril 2018, quatre ZOE électriques de Renault sillonnent, au milieu des automobilistes, le quartier dit Technopôle du Madrillet situé sur la commune de Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud de Rouen. Une expérimentation qui se poursuivra jusqu’en décembre prochain. Le service dessert trois boucles, le campus du Madrillet (université, grandes écoles, laboratoires de recherche), un centre commercial Leclerc et le Zénith-Parc des expositions de Rouen, soit un parcours de 10 km qui relie les lignes de terminus. « Et cette expérimentation gratuite, qui se greffe au réseau de transport en commun monte en puissance. En juin prochain, à cette flotte, s’ajoutera une navette autonome I-Cristal codéveloppée par Transdev et Lohr », explique Frédéric Saffroy, coordinateur du projet Véhicule autonome chez Transdev. « Concrètement, les usagers, pour l’heure constitués de deux panels, le premier qui regroupe des citadins et le second des ruraux de la région, peuvent commander un véhicule depuis l’un des arrêts, grâce à une application baptisée Nestor, disponible sur leur smartphone », décrypte Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie. Ils sont, ensuite, transportés par quatre voitures autonomes Renault ZOE électriques, auxquels s’ajoutera ultérieurement la navette i-Cristal. Les véhicules offrent trois places chacun, la présence d’un « safety driver » (un accompagnateur chargé de reprendre le véhicule en main en cas de problème) étant pour le moment obligatoire.
« Le but est d’offrir un moyen de transport autonome, mêlé à la circulation, et non pas en circuit protégé comme dans la plupart des expérimentations menées jusqu’à présent, avec une vitesse équivalente à celles des véhicules classiques », développe Frédéric Saffroy. « Ce que nous menons ici avec Renault et Transdev est une expérimentation de véhicule autonome, en tant que transport en commun, réelle sur voie ouverte dans un quartier de la métropole. Il s’agit de proposer un service de mobilité dans une zone périurbaine pour laquelle les solutions de transport public classiques ne sont pas adaptées, dans une logique de desserte du premier et du dernier kilomètre. Une innovation technologique qui entre clairement en interaction avec la ville et ses habitants », lance fièrement Frédéric Sanchez.

DES VÉHICULES CLASSÉS AU NIVEAU D’AUTONOMIE CLASSÉ 4
Les ZOE, produites à Renault Flins (78), avec un moteur électrique fabriqué à l’usine Renault de Cléon (76), près de Rouen, sont équipées de GPS, de LIDARs (qui émettent un faisceau laser et re- çoivent l’écho pour mesurer la distance) et de caméras qui décryptent l’environnement proche et détectent les obstacles jusqu’à 50 m. Elles sont aussi équipées de capteurs produisant des données traitées par un ordinateur situé dans le coffre. « C’est cet ordinateur qui guide la voiture, la faisant avancer, tourner à droite ou à gauche, accélérer lorsque c’est opportun ou freiner lorsque c’est nécessaire. La ZOE connectée peut également communiquer, car elle est équipée de système de télécommunication 4G. »
« Le but est d’offrir un moyen de transport autonome, mêlé à la circulation, et non pas en circuit protégé comme dans la plupart des expérimentations menées jusqu’à présent, avec une vitesse équivalente à celles des véhicules classiques », développe Frédéric Saffroy. « Ce que nous menons ici avec Renault et Transdev est une expérimentation de véhicule autonome, en tant que transport en commun, réelle sur voie ouverte dans un quartier de la métropole. Il s’agit de proposer un service de mobilité dans une zone périurbaine pour laquelle les solutions de transport public classiques.
La sécurité ne se limite pas au véhicule. La voirie est, elle aussi intelli- gente : les ronds-points, les feux tricolores et les zones de vigilance sont équipés de capteurs, qui permettent à la voiture de repérer les usagers de la route et d’anti- ciper le comportement à adopter. Depuis le poste de commandement central des transports en commun de Rouen, des experts peuvent superviser les trajets des voitures, leur donner des instructions techniques, réduire leur vitesse, les stopper et surveiller le niveau de charge des batteries.

UN PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ GAGNANT-GAGNANT
Ce service de mobilité partagée et à la de- mande, Rouen Normandy Autonomous Lab, doté d’un budget de 11 M€, est le fruit d’une alliance entre la Métropole Rouen Normandie, Transdev, l’opérateur du réseau de transports en commun de Rouen, les groupes Renault et Matmut, avec le soutien de la région Normandie et de la Banque des territoires. « Il est également le résultat de la volonté commune des partenaires d’investir dans la mobilité de demain, en associant leurs savoir-faire et les capacités d’innovations spécifiques à chacun, au service d’un territoire précurseur dans les solutions de transport innovantes et durables », insiste Frédéric Sanchez. Pour la métropole et la région, il s’agit de proposer aux Normands un nouveau service innovant, constituant une première européenne et une étape pionnière vers la constitution d’un cluster industriel de pointe en matière de mobilité du futur. Pour la Banque des territoires, cette expérimentation se concrétise dans le cadre de sa démarche de démonstrateurs« smart city », lancée en novembre 2016, qui vise à accompagner le déploiement des innovations dans les territoires. Pour Transdev, filiale de la Caisse des dépôts, c’est l’occasion d’apporter son expertise d’opérateur de services de transport (exploitation, management de la flotte, relation client) et ses technologies de systèmes de transport autonome (supervision, application client, intelligence embarquée et infrastructure intelligente). Renault, quant à lui, apporte son savoir-faire de constructeur automobile, de technologies autonomes et connectées, et de services de mobilité. Quant au groupe Matmut, historiquement implanté sur le territoire rouennais, il apporte sa réflexion sur une offre assurantielle de demain. Chacun y trouve son compte.

 

MODE D’EMPLOI EN QUATRE ÉTAPES
1 Téléchargez l’application gratuite.
2 Rendez-vous sur un point d’arrêt.
3 Appelez le véhicule.
4 Installez-vous et laissez-vous conduire.

 

 

 

Danièle Licata

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right