Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Présidentielle : 62 propositions pour accompagner les Français dans leurs pratiques numériques

Territoires
24 février 2022

La MedNum et ses sociétaires, acteurs de médiation numérique sur tout le territoire, se mobilisent collectivement et proposent un plaidoyer pour un numérique d’intérêt général et lutter contre la précarité numérique.

Contacter ses proches, prendre rendez-vous chez le médecin, trouver un emploi, suivre un cours ou une formation, accéder à des prestations sociales… Ces gestes de la vie quotidienne qui n’échappent plus à l’usage numérique constituent un frein pour plus de 14 millions de personnes en France qui seraient en situation de fragilité numérique, selon les acteurs de médiation numérique. C’est pourquoi ils se mobilisent dans ce contexte de campagne électorale pour proposer aux candidats des solutions concrètes, politiques et techniques, pour accompagner l’évolution numérique de notre société et lutter contre l’exclusion qui touche encore beaucoup trop de Français. « Créer une véritable filière professionnelle de la médiation numérique, intégrer l’éducation numérique à l'enseignement scolaire et universitaire pour former les citoyens éclairés de demain, faire des entreprises un véritable lieu d’apprentissage du numérique, augmenter le pouvoir d’achat grâce à l’accompagnement aux usages du numérique, mieux soigner grâce à des outils numériques accessibles à tous, soutenir le développement d’un numérique écologique dans des territoires intelligents... sont autant de propositions qui pourraient être mises en oeuvre avec une politique volontariste des candidats » expriment-ils dans un communiqué. Ils ont élaboré 62 mesures concrètes dans les secteurs de l’éducation, de l’emploi et du pouvoir d’achat, de la santé et de l’environnement afin de réellement agir pour l’inclusion numérique de tous et de toutes.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right