Nancy prépare activement sa transition écologique

Territoires
07 mars 2019

DÉCRYPTAGE. Nancy, la ville française la plus écologique dans dix ans? C'est l'objectif de la municipalité qui met en oeuvre une feuille de route très ambitieuse, fruit d'une démarche transversale et collégiale lancée en 2018. Mobilités, biodiversité, énergie ou déchets, tous les sujets ont été passés au crible.

La transition écologique n'est pas l'affaire du pouvoir politique, c'est un sujet dont tout le monde est responsable », estime le maire, Laurent Hénart, qui vient d'inscrire la ville de Nancy (54) dans une démarche de transition écologique. Au terme d'une année de débats, réunions, forums thématiques avec les citoyens, les entreprises, les associations et quelques partenaires, il décide la mise en place d'un plan d'actions. « Cette année les débats ont accéléré la mobilisation des Nancéens sur les enjeux écologiques. Avec plus de volontaires, d'idées et de contributions. Un tiers des propositions proviennent directement des habitants », explique le maire. En six mois d'échanges, la plate-forme Web www.osons.nancy.fr, créée pour l'occasion, a comptabilisé près de 300 propositions, autant de réponses et plus de 5000 commentaires.

1 arbres seront en trois 100 des municipaux électriques places vont être en oasis Source: Vilèle à la feuille de route. « Cap sur 2030, Nancy ville écologique », présentée fin janvier, détaille 30 objectifs à réussir dans les dix prochaines années. Une première série de 90 actions sera réalisée dans un délai de trois ans, entre 2019 et 2021. La ville de Nancy y consacrera une enveloppe budgétaire de 15 M€.

LE CADRE DE VIE EN TÊTE DES PROPOSITIONS
Parmi les propositions d'action, le cadre de vie, arrive en tête des préoccupations des Nancéens. « On voit bien que la nature en ville est une demande forte de la part de nos concitoyens. C'est aussi un bon moyen de s'adapter au réchauffement climatique. Les Nancéens ont bien senti que les étés sont devenus beaucoup plus chauds depuis quelques années », analyse Laurent Hénart.

La ville envisage donc, à court terme, la plantation d'un millier d'arbres, des opérations de verdissement du centre historique et de plusieurs quartiers, ainsi que la création d'îlots de fraîcheur. Les nombreuses sollicitations pour le développement de modes de transport doux ont conduit la municipalité à prévoir l'aménagement, dès 2019, de voies sécurisées composées de pistes bidirectionnelles, destinées aux vélos, mais aussi aux trottinettes et aux nouveaux modes de déplacement. Elles permettront la traversée sécurisée du centre-ville de Nancy. L'objectif consiste en parallèle à faire chuter la place de la voiture en ville de 40 % aujourd'hui à 25 % en 2030. « Les habitants sont aussi en attente d'initiatives simples et concrètes en matière de transition alimentaire. Ils se posent des questions sur les circuits courts, le gaspillage alimentaire et leur alimentation », selon l'édile, qui affirme avoir pris des engagements en matière de restauration collective. L'une des réponses consistera à porter la part du bio de 10 à 20 % dans la restauration collective en 2020.

Hénart a sollicité la région Grand-Est pour la mise en place, à l'échelle de la région, d'une conférence des donneurs d'ordre en restauration collective, à laquelle participeraient tous les grands comptes des collectivités locales, les hôpitaux publics et les grandes administrations. L'objectif étant de travailler avec les chambres d'agriculture et les organisations professionnelles pour faire évoluer l'offre locale et lui donner des perspectives de commandes massives et durables. D'une manière plus générale, tous les projets avec un impact écologique positif seront privilégiés. C'est le cas de la rénovation du palais des Ducs de Lorraine - Musée lorrain, un monument majeur de la ville, mais véritable passoire thermique, dont les travaux démarreront en 2019. Dans ses services, la ville mise sur la dématérialisation pour réduire la quantité de papier consommée. Côté urbanisme, le maire s'est engagé à ne construire que sur les terrains déjà construits, en renouvellement urbain. Une convention triennale sera signée avec les professionnels du bâtiment pour avoir 100 % des constructions neuves répondant à un cahier des charges fidèle à la feuille de route. La vertu écologique des projets est désormais une priorité.

UNE TRANSITION ÉCOLOGIQUE SOCIALEMENT JUSTE
Cette transition écologique, le maire de Nancy la veut socialement juste: « Nous avons révisé nos tarifications pour intégrer une modulation des tarifs en fonction du quotient familial. Nous avons souhaité généraliser la tarification sociale. » Cela se traduit par la volonté de bannir la précarité énergétique en rénovant 10000 logements occupés par des familles modestes sur le territoire de la commune de Nancy. Autre initiative, un dispositif complet d'offres à la mobilité destiné aux chômeurs ou aux travailleurs en période d'essai sera lancé au printemps. Ils pourront emprunter gratuitement les transports en commun, utiliser des véhicules en autopartage et des vélos mis à leur disposition. « Les publics les plus fragiles sont notre priorité. Nous essayons d'imaginer pour eux des opérations adaptées », insiste le maire. La ville compte aussi s'appuyer sur des partenaires comme la Maison de l'emploi du grand Nancy pour la création d'emplois autour de sa feuille de route. Pour Laurent Hénart, « Nancy ville écologique, c'est une ville qui aura réussi à atteindre les 30 objectifs qu'elle s'est fixés à dix ans ». 

UN PROJET COCONSTRUIT
Pour son projet « Nancy ville écologique », la municipalité a mené en partenariat avec l'université de Lorraine une large réflexion pour imaginer et construire de manière collégiale cette feuille de route. Un conseil d'orientation a été installé, puis chargé de poser un diagnostic sur la situation environnementale de Nancy, d'auditionner des acteurs et des grands témoins, proposer des initiatives et valider la feuille de route, avec des objectifs chiffrés et des recommandations d'actions et de projets. « Nous avons évité un débat manichéen pour entrer dans une forme de débat qui permet de trouver les solutions adaptées au territoire de Nancy, à notre climat, à l'économie locale et à nos filières économiques », affirme le maire de Nancy, Laurent Hénart.

Blandine Klaas

L'agenda

RCL
Voir tout l'agenda

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.