Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

L’ENTE sensibilise la jeune génération aux problématiques environnementales

Territoires
27 novembre 2020

Participer à l’éducation des plus jeunes sur les problématiques environnementales et de développement durable, c’est la mission que s’est donnée l’École nationale des techniciens de l’équipement (ENTE), centre de formation à compétence nationale rattaché aux ministères de la Transition écologique et au ministère de la Cohésion des territoires. Ses outils ? Une mallette pédagogique d’abord, composée de jeux sur la thématique de l’Éducation Environnement Développement Durable pour un apprentissage par le jeu qui aidera à sensibiliser la jeune génération, à former des ambassadeurs du développement durable et à les conforter, pour certains, dans leur rôle d’éco-délégués aux seins de leurs établissements scolaires. Et depuis le mois d’août dernier, l’ENTE a développé un savoir faire qui lui permet de proposer des programmes sur mesure pour l’accueil de jeunes adolescents, âgés de 15 à 17 ans pour leur Mission d’Intérêt Général dans le cadre du Service National Universel (SNU). Dernière initiative innovante : les stages collectifs de découverte de métiers de la transition écologique. L’école accueille lycéens et collégiens de 4ème et de 3ème, des BAC Pro également, pour leur présenter des métiers et des thématiques des ministères. L’occasion pour certains élèves de préciser leur projet d’orientation et leurs choix professionnels.

 

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right