Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Tri et recyclage des déchets : ce qu’en pensent les Français

Territoires
19 mai 2022

Le tri et le recyclage des déchets occupent une place stratégique dans le contexte actuel de réduction des déchets où les notions de recyclabilité de durabilité de réutilisation et de réemploi deviennent la norme. Un sondage opinionWay pour Pellenc ST, fabricant français d’équipements de tri intelligent et connectés décrypte ce que pensent les Français de leur geste de tri et du devenir de leurs déchets

Que se passe-t-il une fois que les Français ont rempli leur part du contrat ? Les résultats du sondage révèlent que le geste de tri est compris de tous et entré dans les moeurs des Français: 80% d’entre eux estiment que le tri des déchets est simple. Un retour positif que Jean Hornain, directeur général de Citeo, entreprise privée à but non lucratif, spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers et des papiers graphiques, explique par le travail réalisé depuis plusieurs années sur l'extension et la simplification des règles de tri. Elle sera effective sur l’ensemble du territoire français à la fin de l'année 2023. Pour autant, une majorité de la population ignore si les déchets qu'ils ont pris soin de trier sont réellement recyclés. Ils sont 36% uniquement à avoir confiance dans le recyclage tandis que 63% ont un doute. 13% d'entre eux sont même méfiants vis-à-vis du recyclage, essentiellement les catégories populaires et les employés, et pensent que les déchets sont mal recyclés.

L’amélioration des performances appelle une réponse collective

A la question de savoir qui en priorité doit agir pour améliorer le tri des déchets ménagers, la réponse est claire : tout le monde doit se mobiliser. Les Français ne s’exonèrent pas de leur responsabilité et se désignent eux-mêmes (61%) comme les premiers acteurs qui doivent agir pour améliorer l'efficacité du tri.Viennent ensuite les fabricants d'emballages (57%) puis les centres de tri (50%), qui avec des technologies avancées de séparation des matériaux, peuvent contribuer à l'amélioration du tri en France. Dans une moindre mesure, les collectivités locales (43%) sont également désignées. « Ce léger décalage pourrait s'expliquer par le fait que les collectivités locales ont déjà beaucoup fait en termes de maillage territorial pour améliorer le tri dans les territoires » explique Frédéric Micheau, directeur des études d’opinion chez Opinion Way. L'étude montre enfin, que pour les Français, l'innovation est bénéfique pour l'amélioration du tri dans la mesure où il permet de corriger les erreurs du de tri des citoyens. 80% d’entre eux pensent que l'innovation permet un tri plus précis que celui effectué par les humains. Pour 40% des Français, l'innovation pourrait complètement remplacer le tri des citoyens.

La réponse industrielle : des centres de tri 4.0

L’extension des consignes de tri se traduit pour les industriels du recyclage par une augmentation des volumes entrants et une complexité des matériaux à trier. « Le challenge est de taille pour adresser les performances de recyclage inscrites dans le paquet Economie circulaire du Green deal, la loi Ajec et la loi climat et résilience » estime Raphaël Guastavi, chef de service éco-conception et recyclage à la direction économie circulaire de l'ademe. « Ce sondage montre que l'industrie doit encore des efforts pour rassurer les citoyens, commente Jean Hénin, président de Pellenc ST. Aujour'hui les centres de tri ont des technologies avancées qui permettent de prolonger le geste du tri ». Accompagnée par BPI France, cette PME industrielle basée à Pertuis (84) à engagé un plan d'investissement global de 10M€ dont une partie a été soutenue par le plan France relance, pour accélérer sa croissance. Le 28 juin prochain la première tranche des travaux sera inaugurée avec le centre innovation, un espace conçu pour accompagner les centres de tri dans leur modernisation et aider les opérateurs à l'exploitation.

 

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right