Le Grand Chalon met le cap sur l’emploi

Territoires
17 juin 2021

Labellisée « Territoire d’industrie », la communauté d’agglomération du Grand Chalon a été désignée en février dernier par le gouvernement comme « territoire pilote » pour mettre en place et coordonner le dispositif Plateforme Transitions Collectives au profit des entreprises en difficultés et de leurs salariés.

Coconstruit avec les partenaires sociaux, le dispositif « Transitions Collectives » vise à faciliter les reconversions professionnelles des salariés dont les emplois sont fragilisés afin qu’ils se positionnent vers des mé­tiers porteurs localement. « Ce dispo­sitif prépare l’après-crise sanitaire en proposant aux salariés d’entreprises en difficultés un accompagnement à la reconversion dans un métier identifié comme ‘‘porteur’’, dans le même bassin d’emplois, par les acteurs de l’emploi et de la formation », précise Sébastien Martin, président du Grand Chalon.

Côté entreprises, l’objectif de ce dis­positif est de permettre à celles qui connaissent des difficultés de proposer des reconversions professionnelles à leurs salariés, dont l’emploi est mena­cé, vers des métiers qui recrutent loca­lement, afin d’éviter de passer par la case chômage. Pendant toute la durée de la reconversion, le salarié conserve sa rémunération et son contrat de tra­vail. Pour Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion même si ce n’est pas l’objectif visé, ce dispositif permet de sécuriser le sala­rié qui s’engage dans un parcours de reconversion. Car, celui-ci pourra ain­si retrouver, s’il le souhaite, son poste au sein de son entreprise d’origine à l’issue du parcours ou retrouver un emploi, grâce à sa montée en compé­tences dans une entreprises en expan­sion. « C’est une véritable innovation sociale. Car le salarié évite le licencie­ment et peut rebondir facilement grâce à sa formation. Et pour l’entreprise, selon sa taille, l’État prend en charge tout ou partie des frais, rémunération du salarié et formation : 100 % pour les TPE et PME de moins de 300 per­sonnes, 75 % pour les entreprises de 300 à 1 000 salariés et 40 % pour les entreprises de plus de 1 000 salariés » décrypte Sébastien Martin.

LE GRAND CHALON, UN DES TERRITOIRES PILOTES

Lancé à l’issue de la deuxième confé­rence du dialogue social, l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) avait pour but d’identifier les territoires pilotes pour le déploiement du dispo­sitif « Transitions Collectives ». Par­mi les projets, cinq ont été retenus en Bourgogne-Franche-Comté, dont la plateforme du Grand Chalon est la seule a être portée par un EPCI, toutes branches d’activité confon­dues. « Nous sommes très fiers de voir notre territoire retenu parmi les « pilotes » de ce dispositif, et d’être la première intercommunalité en Bour­gogne-Franche-Comté porteuse d’une Plateforme Transitions Collectives », lance fièrement Sébastien Martin. Et d’ajouter : « Ce dispositif illustre plei­nement un axe fort de la stratégie de développement économique du Grand Chalon : animer le tissu économique local et mettre en relation les acteurs de l’emploi et de la formation pour permettre à toutes les entreprises, et aux grand-chalonnais, de bénéficier du développement du territoire. Et la Plateforme Transitions Collectives permet de mettre en réseau tous les acteurs de l’emploi à l’échelle locale : les entreprises qui recrutent, celles qui connaissent des difficultés, l’agglomé­ration, les organisations profession­nelles et les acteurs de la formation. »

UN TRIO GAGNANT

La plateforme Transitions collectives Territoriale du Grand Chalon est por­teuse de plusieurs objectifs, pour les salariés d’entreprises en difficulté, pour le territoire et pour ses entreprises en croissance. D’abord les salariés d’une entreprise en difficultés vont pouvoir ac­céder à une formation dans un métier porteur et/ou en tension, en conservant leur rémunération. Ils pourront égale­ment être recrutés dans une nouvelle entreprise, sans passer par une période de chômage, et sans avoir à quitter le bassin chalonnais. Côté entreprises, elles pourront former des futurs collabo­rateurs sur des métiers en tension et an­ticiper ainsi les métiers d’avenir. Enfin les territoires, eux-aussi y trouvent leur compte, car ils pourront conserver les compétences et créer ainsi de la valeur ajoutée.

UNE PLATEFORME ADAPTÉE AUX SPÉCIFICITÉS DU TERRITOIRE

« La plateforme s’inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie globale de développement économique de l’agglo­mération qui travaille depuis plusieurs années en lien étroit avec les acteurs économiques. L’obtention du label ‘‘Ter­ritoire d’Industrie’’ en 2018 illustre cette implication au plus près du monde éco­nomique et de ses principaux représen­tants. En toute logique, la plateforme s’est imposée comme un dispositif com­plémentaire qui peut contribuer au dé­veloppement des entreprises du bassin, telles que les PME ou à l’implantation de nouvelles structures à fort potentiel d’emplois, mais vise également plus lar­gement toutes les entreprises touchées par la crise (restauration, hôtellerie, PME du secteur automobile ou aéro­nautique) pour créer des passerelles vers les secteurs qui recrutent comme le transport, les services à la personne et l’industrie, notamment dans la filière nucléaire », conclut Sébastien Martin.

Danièle Licata

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right