Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La Cité internationale de la langue française s’installe à Villers-Cotterêts

Territoires
01 juin 2022

L’ancien château royal de Villers-Cotterêts (Aisne) s’apprête à vivre une nouvelle renaissance avec l’ouverture de la Cité internationale de la langue française, gérée par le Centre des monuments nationaux. Le joyau royal oublié deviendra, selon le souhait du président de la République, un lieu de visites, de recherche, de formation et d’innovation de la langue française.

Depuis le château de Villers-Cotterêts situé dans l’Aisne, à 85 km au nord-est de Paris, François Ier avait émis, en 1539, l’ordonnance imposant le français comme langue de l’administration : un acte fondateur dans l’histoire de France. Redonner son éclat à une résidence royale défigurée, c’est l’énorme défi à relever, d’ici à la fin de l’année, pour abriter la Cité internationale de la langue française dédiée entièrement à la langue française. La réhabilitation du lieu à des fins à la fois culturelle, historique et touristique voulue par Emmanuel Macron, picard de naissance, a été confiée, depuis mars 2018, au Centre des monuments nationaux. Le château devrait ouvrir fin 2022, au terme d’une importante campagne de restauration de deux bâtiments : le Logis royal et le Jeu de paume.

À la fois site historique, équipement culturel et artistique, la Cité internationale de la langue française reposera sur un programme entièrement dédié à la langue française. Elle proposera aux visiteurs un parcours de visites permanentes, une programmation pluridisciplinaire d’expositions temporaires et de spectacles, des ateliers de résidences pour des artistes, chercheurs et entrepreneurs, des activités pédagogiques, d’apprentissage et de formation à la langue française. Tout en étant ancrée dans son territoire, la Cité sera ouverte sur le monde. Elle sera accessible à tous les publics, venus du plus proche comme de l’international : familles, scolaires, touristes, associations, professionnels. Son objectif ? Favoriser la création et développer l’innovation notamment dans l’apprentissage, stimuler la recherche et, via des programmes dédiés, une attention particulière sera portée à la lutte contre l’illettrisme pour une meilleure maîtrise de la langue française.

UN VOYAGE À TRAVERS LA LANGUE

Une première salle évoquera l’histoire du monument jusqu’à aujourd’hui, son environnement, son architecture, l’esprit de la Renaissance, ses hôtes et les grandes figures qui y sont attachées comme Alexandre Dumas. Les visiteurs y accèderont par l’escalier d’honneur. Par la suite, le long de son parcours dans les trois ailes du château, les visiteurs découvriront la langue dans ses différentes dimensions et dans toute la diversité de ses voix, de ses accents, de ses registres, à l’échelle internationale. Ils traverseront des espaces tour à tour contemplatifs, immersifs, ludiques ou interactifs. Il ne s’agira pas d’expliquer scolairement la langue française, mais de la donner à voir, à entendre et à aimer.

Les visiteurs commenceront leur voyage par une plongée dans la francophonie. Le dynamisme du français dans le monde s’exprimera à travers de multiples expressions artistiques et de situations de la vie quotidienne : la passion amoureuse, le rire, la révolte... La dernière section du parcours éclairera les visiteurs sur la relation entre la langue et l’État, au travers de dates clés et de leur résonance, de leur impact aujourd’hui encore sur nos vies quotidiennes de citoyens en France et dans d’autres pays du monde.

Une offre culturelle variée et accessible La programmation de la Cité internationale de la langue française sera pluridisciplinaire et transdisciplinaire et valorisera la diversité des cultures francophones dans toutes leurs formes d’expression : lettres, arts vivants, arts plastiques, numériques y auront toute leur place. Expositions, spectacles, concerts, festivals, événements, rencontres, lectures, performances, toutes les formes seront à l’honneur. Cette programmation sera construite en collaboration avec les acteurs culturels du territoire et avec les opérateurs nationaux et internationaux œuvrant dans ce domaine, pour accueillir le plus grand nombre. Le bâtiment du Jeu de paume, sera transformé en auditorium de 250 places assises pour des spectacles, conférences, séminaires, etc. L’objectif sera aussi de faire de Villers-Cotterêts le point de rencontres, de collaborations et d’échanges entre les différents réseaux professionnels en lien avec la langue française (académiques, culturels, coopération internationale, champ social, etc.).

UN LIEU DE FORMATION ET D’APPRENTISSAGE DE LA LANGUE

La Cité abritera des activités de formation au français, pour les formateurs et pour tous les apprenants, enfants, (jeunes) adultes, francophones et allophones. Un café-salon de thé et une librairie seront accessibles en permanence aux horaires de la Cité, pour les habitants de Villers-Cotterêts et des environs comme pour les visiteurs. Au deuxième étage, douze ateliers seront aménagés pour accueillir en résidence des artistes de toutes disciplines, des écrivains, des chercheurs, des entrepreneurs et des pédagogues qui mènent une réflexion ou un projet en lien avec la langue française ou les langues de manière générale. Ce « laboratoire » constituera ainsi un espace de rencontres, de débats et de réflexions entre professionnels, autour de l’avenir de la langue française et plus largement des langues et de leur apprentissage.

LA CITÉ INTERNATIONALE DE LA LANGUE FRANÇAISE EN CHIFFRES

  • 1600 m2 d’expositions permanentes et temporaires.
  • 1200 m2 de parcours permanent de visite sur la langue française.
  • 250 places dans l’auditorium
  • 2 commerces de proximité une librairie-boutique et un café-salon de thé.
  • 12 ateliers de résidence pour des artistes, chercheurs et entrepreneurs.

 

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right