Inédit : un téléphérique urbain au-dessus de Clichy-la-Garenne

Territoires
03 mai 2019

TENDANCE. C’est une première ! Pour évacuer les terres issues des travaux de terrassement du futur immeuble de bureaux Black, à Clichy, l’aménageur Citallios et la municipalité ont opté pour une innovation 100 % française: un téléphérique urbain de déblaiement.

Au cœur de Clichy-la-Garenne (78), un téléphérique long de 575 m, mis en œuvre avec le concours de Vinci Terrassement, mandataire du chantier et de l’entreprise française Mecamont Hydro, implantée dans les Pyrénées – déjà à l’origine du téléphé- rique de Brest (29) et du funiculaire de Montmartre, à Paris (18e) –, et quatre pylônes surplombent le quartier du Bac, depuis quelques mois. Sa mise en service est prévue pour juin 2019. Mais à la place de passagers, il transportera des tonnes de gravats qui seront ensuite chargés sur des péniches. Une solution innovante que l’aménageur Citallios et la municipalité, conjointement avec le promoteur Redman, ont mise au point pour évacuer les terres issues des travaux de terrassement du futur immeuble de bureaux Black.
La construction de ces bureaux, entre l’escalier menant au parc des Impressionnistes et la rue Valiton, est un chantier colossal. En effet, derrière l’actuel mur de pierre qui longe la rue, en voie de démolition, se trouvent 2 ha de terrain à excaver sur une hauteur de 8 m... En comptant la destruction d’anciens bâtiments de Gaz de France, ce sont quelque 260000 tonnes de terre et de gravats qui devront être évacués. Soit l’équivalent de trois terrains de football.
« Les bennes, d’une capacité de 20 t chacune effectueront un parcours de 400 m afin d’acheminer les matériaux du quartier du Bac jusqu’aux barges qui rejoindront les sites de retraitement par la Seine, soit une capacité de 400t parheure», détaille Agnès Fauquembergue, directrice du projet chez Citallios.
Un chantier qui devrait durer dix-sept mois avant de faire place nette pour la construction des bureaux, dont la livraison est prévue en 2022. Après plusieurs hypothèses d’évacuation, notamment par voie ferrée, c’est le scénario fluvial via un téléphérique qui a été retenu. « C’est une grande première, un véritable défi, mais cette solution méritait d’être étudiée sérieusement. En effet, le téléphérique représente une réduction de 35 % des émissions CO2 par rapport à une solution camion! Et il n’était pas question de faire passer 80 camions par jour pendant huit mois », indique Agnès Fauquembergue. Et d’ajouter : « Le recours au transport fluvial pour l’évacuation des déblais est un mode alternatif qui réduit les nuisances pour les riverains et l’environnement et évite les congestions routières. C’est aussi une façon de limiter les nuisances sonores et de lutter contre les émanations de poussière. »
Afin d’obtenir le feu vert de la ville, Citallios a mené des négociations en un temps record auprès des Voies navigables de France (VNF), du département des Hauts-de- Seine, du Syndicat inter- départemental pour l’assainissement des eaux de l’agglomération parisienne (Siaap) et de la copropriété de la rue Fournier survolée par les câbles. « Il nous aura fallu moins de six mois pour obtenir les autorisations requises à l’installation des quatre poteaux nécessaires à la mise en fonction du téléphérique », conclut la directrice du projet.

Danièle Licata

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right