Encouragée par la ville la vélomania gagne toute la population de Sceaux

Territoires
03 octobre 2019

TENDANCE. La ville de Sceaux a anticipé la loi de transition énergétique qui instaure des mesures incitatives pour favoriser les déplacements à vélo. Et aujourd’hui, la politique proactive des élus porte ses fruits.

Mais qu’est-ce qui fait pédaler les Scéens et Scéennes ? Au-delà des raisons nobles de bouger, la santé en tête, c’est sans aucun doute la politique innovante en matière de développement des circulations douces et de partage de l’espace public que mène la ville de Sceaux (92) depuis cinquante ans qui a amené la population à laisser la voiture au garage. « Le déplacement à vélo a été encouragé par un premier plan vélo adopté dès 2007, explique Patrice Pattée, adjoint au maire délégué à l’Urbanisme et à la Mobilité. Et depuis nous n’avons cessé de multiplier les initiatives. »

DES INITIATIVES À LA PELLE

Dès 2009, la voirie communale a ainsi été classée en zone 30 (limitation de vitesse à 30 km/h). Dans sa lancée, la ville a procédé à la généralisation des doubles sens cyclables et à l’installation d’aires de stationnement pour vélos. « Elle a aussi intégré, les nouvelles règles du code de la rue, offrant un cadre légal », poursuit Patrice Pattée. Cette politique avait déjà été saluée, en 2010, par plusieurs prix comme le « Guidon d’or » de la Fédération française des usagers de la bicyclette et le prix Territoria dans la catégorie Aménagements de l’espace public. En 2011, la mairie a mis en place un dispositif d’aide aux particuliers pour l’achat de vélos à assistance électrique et crée, la même année, le dispositif Sceaux Vélo Campus, qui met à disposition une flotte de bicyclettes et d’appuis vélo auprès des étudiants. Objectif : contribuer au développement de l’usage du vélo. Une convention a été établie avec l’association écocitoyenne de l’institut universitaire de technologie de Sceaux, l’association Glisse & Ecotrips de l’EPF, et le mouvement Move de la faculté Jean-Monnet. La ville a également mis à disposition une flotte de vélos pour les écoles maternelles. Et en 2013, la remise de permis vélo aux enfants des écoles de Sceaux, une première, a révolutionné la pratique du vélo.

DES VOITURES REMISÉES AU GARAGE

Puis, en continuité avec sa politique menée, la ville a voté le plan Sceaux à vélo, 2016-2020. « Ce plan vise à renforcer la mixité d’usage des espaces publics et à dynamiser la pratique cycliste à Sceaux, explique Patrice Pattée. Et dans la foulée, Sceaux a obtenu, en 2018, le label Territoire Vélo. Une première en Île-de-France ! » Tout comme la dernière initiative Défi famille vélo, lancée en mai dernier sur une durée de quatre semaines, qui consiste à utiliser son vélo pour tous les déplacements du quotidien. « Aujourd’hui, plus de 70 % des trajets domicile-travail font moins de 5 km et sont réalisés en voiture, alors pour favoriser le passage à l’acte nous avons lancé cet appel à candidatures et nous avons sélectionné quatre femmes volontaires, qui durant quatre semaines, ont laissé au garage leur véhicule en échange d’un vélo à assistance électrique adapté à leurs besoins (cargo, sacoches…). Une opération réussie que nous allons renouveler », explique satisfait Patrice Pattée.

CADRE DE VIE

De l’aveu du maire-adjoint, « les bénéfices sont importants pour la qualité du cadre de vie avec un effet immédiat sur la réduction des nuisances sonores, la qualité de l’air, la sécurité des rues et la réduction des risques d’accidents graves de la circulation, mais aussi pour l’amélioration de l’accessibilité des services et commerces dans la ville. » Et d’ajouter : « Au travers de cette politique qui est déclinée et affirmée dans tous ses actes de gouvernance, la ville prend sa part dans la lutte contre le dérèglement climatique, mais participe aussi activement à la baisse des dépenses de santé. Trente minutes de coups de pédale par jour seraient suffisantes pour réduire d’un tiers les risques de mortalité. » Cette pratique régulière serait bonne contre les maladies cardio-vasculaires, certains cancers, l’obésité et même la dépression. Prochaine étape : travailler avec les bailleurs sociaux pour toucher ainsi 30 % de la population.

Danièle Licata

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right