Éclairage, les élus doivent limiter les nuisances lumineuses

Territoires
08 février 2019

DÉCRYPTAGE. Deux nouveaux arrêtés du ministère de la Transition écologique délivrent leurs prescriptions pour limiter les pollutions nocturnes. L'occasion pour les communes de mener une réflexion globale sur l'éclairage.

Si la lumière est depuis longtemps considérée comme un signe de progrès, les experts démontrent que trop de lumière nuit à l'environnement, à l'équilibre biologique des plantes, des animaux et des humains. « Toutes les sources lumineuses concourent à la pollution lumineuse », rappelle la présidente de l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN), Anne-Marie Ducroux, qui lutte depuis vingt ans pour une meilleure qualité de la nuit. Cette pollution est provoquée par des lumières trop blanches, en trop grande quantité ou trop éblouissantes, sans compter les usages néfastes de la lumière souvent mal orientée, intrusive ou utilisée toute la nuit. Depuis le 28 décembre 2018, deux nouveaux textes publiés parle ministère de la Transition écologique prennent le relais d'un arrêté de 2013 sur les éclairages non résidentiels. Le premier encadre la conception et le fonctionnement de différents types d'éclairage nocÀ 79 des favorables réduction nuisances 2 dépensés l'éclairage. à la mise en lumière du patrimoine, aux équipements sportifs, parcs de stationnement, chantiers ou encore aux événements. L'arrêté promeut une nouvelle conception des éclairages extérieurs et préconise des évolutions d'usages par la gestion de la durée d'éclairement. Il fixe également des normes techniques à respecter et prévoit un volet « contrôle », afin que chaque gestionnaire puisse vérifier la conformité de ses installations. « Le texte ne parle pas simplement de prescriptions techniques. Il invite à agir par la conception et les usages. Nous savons bien que la régulation de la durée d'éclairement est la première mesure, la plus simple, sans coût, qui permet de réduire la quantité de lumière donc la pollution lumineuse et de réaliser dans le même temps des économies d'énergie », analyse Anne-Marie Ducroux. Selon l'ANPCEN, les communes peuvent économiser de 30 à 75 % de leur budget électricité en privilégiant de meilleurs usages de l'éclairage et en agissantégés de la lumière nocturne dans un rayon de 10 km. « La pollution lumineuse est un sujet où nous pouvons tous progresser avec des résultats rapides », résumait Emmanuel Wargon, la secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, à l'occasion d'un déplacement à Saumur, ville étoilée, en janvier dernier.

 

ÉCLAIRAGE LIMITÉ, DES DÉPENSES EN MOINS
Saumur (49) pratique depuis 2012 des extinctions d'éclairage public, la nuit, entre 1 heure et 6 heures. De même, la ville applique globalement la réglementation en vigueur depuis 2013 pour les vitrines, les façades et bureaux non occupés. Depuis 2007, l'attention aux durées d'éclairement ainsi que différentes mesures de rénovation notamment ont permis de diminuer la quantité de lumière émise la nuit. Mieux encore, le budget communal est préservé avec une économie de plus de 80000 € par an.

 

À RETENIR
79% des Français favorables à une réduction des nuisances lumineuses.
2 MD€ dépensés pour l'éclairage chaque année.

Source: sondage Opinionway réalisé pour l'ANPCEN en septembre 2018.

Blandine Klaas

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right