Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Dijon métropole : le chantier d’hydrogène vert est lancé !

Territoires
19 mai 2021

« L’hydrogène vert est une énergie propre qui apporte une solution locale au défi global du changement climatique. Grâce à ce projet, nous nous donnons les moyens de réduire significativement les émissions CO2 du territoire et d’avoir un impact positif et concret sur l’environnement et la santé des habitants » s’est félicité François Rebsamen, Maire de Dijon et Président de Dijon métropole à l’occasion du lancement, le 19 mai 2021, du chantier de construction de la première station de production d’hydrogène vert de Dijon. Le début de ces travaux marque le lancement d’un ambitieux projet d’hydrogène vert de 100 millions d’euros qui prévoit la production locale d’hydrogène vert grâce à deux stations construites à Dijon et un vaste programme d’équipement de la collectivité en bennes à ordures et en bus fonctionnant à l’hydrogène. Dès 2022, la station Dijon Nord, première des deux stations hydrogène construites dans le cadre du projet, produira de l’hydrogène vert qui permettra de faire rouler les premières bennes à ordures ménagères à hydrogène de France (8 bennes mises en services en 2022) et la plus grande flotte de bus (27 bus en service en 2023). Dès 2023, 1 750 tonnes de CO2 seront économisées chaque année, soit l’équivalent de 24 millions de kilomètres en voiture citadine. La production de la station Dijon Nord s’appuiera essentiellement sur l’unité de valorisation énergétique qui traite les déchets ménagers de 88 % de la population de la Côte-d’Or qui sera équipée d’un turbo-alternateur pour produire de l’hydrogène vert via un électrolyseur. La station Dijon Nord aura une capacité de production quotidienne de 440 kg d’hydrogène. Un projet unique en France et Europe qui servira de démonstrateur à d’autres collectivités » espère Christophe Rougeot, Président de Dijon Métropole Smart Energhy, la coentreprise créée par Dijon Métropole et Rougeot Energie en 2019 pour la conduite du projet.

 

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right