Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

570 millions supplémentaires pour le numérique du quotidien

Territoires
20 janvier 2021

Alors que la crise sanitaire a rendu le numérique indispensable dans notre quotidien, ce sont 570 M€ supplémentaires que mobilise l’exécutif, dans le cadre du plan de relance, pour l’accélération de la généralisation de la fibre optique sur le territoire national d’ici 2025. Un socle indispensable pour résorber les fractures numériques. « Disposer d’une bonne connexion internet constitue un enjeu majeur pour le quotidien des Français et pour le dynamisme et l’attractivité de nos territoires » ont estimé Bruno Lemaire, ministre de l’Economie, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. Dès à présent, 450 M€ ont été alloués à des projets portés par les collectivités locales dans les zones les plus rurales qui n’avaient pas pu profiter du plan France Très Haut Débit pour la généralisation de la fibre. L’utilisation des 150 millions restants sera précisée l’été prochain.

La Bretagne et l’Auvergne, les mieux dotées

Onze territoires – seine-et-Marne ; Aude ; Auvergne ; Cher ; Dordogne ; Doubs ; Haute-Savoie ; Indre ; Manche ; Sarthe ; Bretagne – bénéficient du soutien de l’Etat. La Bretagne et l’Auvergne étant les les mieux dotées avec respectivement 150 M€ pour le projet porté par Megalis Bretagne, Syndicat mixte de coopération territoriale qui assume la construction du réseau Très haut débit à l'échelle de la région Bretagne et 123 M€ pour le projet porté par Auvergne numérique, la régie régionale en charge de la mise en place du réseau numérique public. Désormais, le soutien de l’Etat s’élève à 3,57 milliards d’euros dans le cadre du Plan France Très Haut Débit.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right