Les épiceries solidaires poursuivent leur essor en milieu rural

Le mouvement citoyen Bouge ton Coq porte des initiatives concrètes pour améliorer le quotidien dans les territoires ruraux. Il renouvelle son appel à candidatures pour la création d’épiceries participatives dans la région PACA.

Ouvrir une épicerie solidaire en sept semaine dans un village de moins de 3500 habitants dépourvu de commerce, c’est la promesse du mouvement qui lance jusqu’au 28 février son troisième appel à candidatures en région PACA. Le principe du dispositif est simple. Monter un commerce à but non-lucratif, donc sans charge et sans marge car les citoyens se chargent eux-mêmes de faire tourner la boutique à raison de deux heures par mois. Quant aux produits, ils sont issus en moyenne d'un rayon de 15km autour de l'épicerie, en direct producteur, et sont vendus 20% moins cher à panier égal que la grande distribution. A la clé, une aide financière, technique et un réseau sont proposés aux maires, associations ou citoyens motivés par l’ouverture d’une épicerie participative. L’opération labellisée France Relance est accompagnée par l’Association des maires ruraux de France (AMRF), Familles rurales, l’ANPP Territoires de projets, la Fondation Groupe EDF et le Crédit Mutuel. Après une année pilote, une soixantaine d’épiceries ont été accompagnées et financées, 80 sont en cours de création et plus de 160 manifestations d'intérêt ont été recueillies à ce jour.

La recherche mobilisée pour les ruralités

Dominique Faure, secrétaire d’État chargée de la Ruralité, a annoncé le 9 septembre 2022 à Foix (Ariège) la mobilisation d’1 million d’euros pour la recherche sur les ruralités françaises, dans le cadre du programme national POPSU Territoires. Près de 200 chercheurs seront mobilisés dans les territoires ruraux de France, en métropole comme en Outre-mer.

« Face à l’urgence écologique et à l’impérieux besoin de cohésion entre les territoires, les enjeux sont immenses et les voies de la transition multiples : la recherche scientifique se mobilise au plus près des élus de nos territoires ruraux. Ces scientifiques travailleront main dans la main avec toutes les forces vives des territoires, les acteurs économiques, sociaux et toute la société civile, pour écrire l’avenir de nos ruralités. », a expliqué la secrétaire d’État chargée de la Ruralité. Les travaux de recherche documenteront les grands enjeux auxquels les petites villes et les ruralités sont confrontées : gestion de l’eau et des ressources, mais aussi du foncier, vivre-ensemble, emploi et activité, modes de vies ruraux, transition écologique, etc. Ce dispositif, intitulé POPSU Territoires, vient en appui de l’action gouvernementale menée dans le cadre du programme Petites Villes de Demain.

Dominique Faure a également annoncé le lancement d’une grande mission documentaire sur les ruralités, afin de constituer un fonds inédit de reportages sur les territoires ruraux ainsi que le lancement d’un Palmarès des jeunes chercheurs et concepteurs dans les ruralités. Ce palmarès valorisera l'engagement des étudiants en urbanisme, en architecture, en sciences politiques (etc.), qui produisent des travaux de fin d'études sur les ruralités (mémoires, projets architecturaux, projets collectifs, thèses…). Ils contribuent à produire de la connaissance, à disposer de retours d'expériences, et ils forment en conséquence l'action territoriale de demain.