Evaluation de la politique de revitalisation des centres-villes : le Sénat consulte les élus locaux

Quatre ans après les premières inititatives de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs, un sujet qui touche non seulement à l'économie, à l'emploi, au logement mais aussi à l'équilibre des territoires, au lien social et à l'identité de notre pays, l’heure est à l’évaluation de ces politiques publiques

Dans le cadre d’une mission conjointe de contrôle sur la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs lancée par la Délégation aux collectivités territoriales, présidée par Françoise Gatel, et la Délégation aux entreprises, présidée par Serge Babary, les sénateurs ont souhaité interroger les élus sur leur perception des apports de la loi ELAN et des programmes « Action cœur de ville » (ACV) et « Petites villes de demain » (PVD). Quel a été l’impact concret de la loi ELAN sur la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs en France ? Permet-elle désormais d’analyser les effets des projets commerciaux sur leur contribution à la préservation ou à la revitalisation du tissu commercial du centre-ville ? L’essor considérable du e-commerce et des dark stores doit-il conduire à des adaptations législatives ? Peut-on tirer un premier bilan des opérations de revitalisation des territoires (ORT) et du programme ACV ? Quelles sont les attentes des élus concernant le programme PVD ? Cette consultation est ouverte jusqu’au 22 avril 2022 et disponible à cette adresse : https://participation.senat.fr/revitalisation-des-centres-villes-et-des-centres-bourgs-le-senat-consulte-les-elus-locaux-et

Le soutien aux commerces de centre-ville reconduit en 2022

L’appel à candidatures des communes souhaitant accueillir l’un des deux programmes d’accélération et de soutien aux activités de centre-ville - Mon Centre-Ville A Incroyable Commerce (MCVAIC)et Mon Centre-Bourg A Incroyable Commerce (MCBAIC) – est lancé pour 2022.

Ce sont vingt nouvelles communes Petites Villes de Demain et vingt communes Action Coeur de Villes qui seront sélectionnées prochainement et pourront bénéficier en 2022 d’un accompagnement pour la revitalisation des commerces de leur centre-ville ou centre-bourg. L’objectif de ces deux programmes ? Maintenir la présence physique des commerces dans le cœur des villes en les aidant à se renouveler. « Il s’agit prioritairement de pallier la vacance commerciale en permettant à des porteurs de projets de tester dans des locaux vacants leurs idées au cours d'un marathon créatif de 36 heures. C'est vraiment le cœur du dispositif. Cet évènement permet aux participants de travailler en équipe pour consolider leur projet. Ils (re)questionnent l’intégralité de leur business plan, le repensent au regard des mutations de la société et le testent grâce à un vote des consommateurs sur les réseaux sociaux» explique Hervé Bolard, directeur du développement économique des territoires du cabinet conseil Auxilia, créateur du concept. Fédérer à cette occasion l’ensemble des acteurs du commerce local, c’est l’autre enjeu du dispositif qui permet la mobilisation de tout l'écosystème de l'accompagnement (des banques, des assurances, des agents immobiliers, …) qui accompagne en tant que coach les porteurs de projets. Une mobilisation fondamentale selon Hervé Bolard : « il n’existe pas de territoire sans potentiel, il n'y a que des territoires démobilisés. En remobilisant les forces vives d'un territoire, on augmente ses chances de s'en sortir, c'est le pari que nous faisons ». Depuis la création en 2018 du programme Mon Centre-Ville A Incroyable Commerce (MCVAIC) et le lancement de la première expérimentation à Chaumont (Haute-Marne), puis son extension aux villes du programme Petites villes de demain en 2021, plus de 230 projets de commerce, d’artisanat ou de service ont été accompagnés. La banque des territoires et Leboncoin, partenaires de la première heure ont renouvelé leur convention de partenariat pour 2022. Les appels à candidatures sont ouverts jusqu’au 31 décembre 2021 à minuit.

 

 

Les Français attachés à leurs centres-villes

Si les Français prouvent une fois de plus qu’ils sont attachés à leur centre-ville, (71.5% des français aiment leur centre-ville) ils estiment toutefois que les commerces ne sont pas assez nombreux. C’est le constat de la première étude « Opinions et attentes des Français des villes  moyennes à l’égard de leur centre-ville et de leur offre commerciale » réalisée par Les Echos Etudes pour La Banque Postale.  Dans les villes entre 20 000 et 50 000 habitants, les Français se déclarent même inquiets pour leur centre-ville et attendent  une offre de commerces diversifiée et plus conséquente. L’autre enseignement est lié aux nouveaux usages et aux changements des modes de consommation. Il révèle une appétence pour les magasins spécialisés dans les produits locaux, les boutiques de produits d’occasion et les commerces hybrides (ex. le café- librairie) qui créent du lien social. Cette tendance de diversification de l’activité marque un décloisonnement du commerce et offre des opportunités de développement pour les commerçants. Enfin, ces derniers peuvent se réjouir  car le service le plus plébiscité par 82% des Français est le conseil.