Alpes-Maritimes : le département prépare sa mutation numérique

Depuis quelques semaines, les agents du département disposent d’une structure dédiée, pour les accompagner dans l’appropriation et la maîtrise des outils numériques au quotidien. Bienvenue au Smart Corner.

Ce nouvel espace inauguré le 23 septembre 2021 est une première en France, né d’un concept innovant visant à créer un parcours d’appropriation numérique immersif et capacitif. Son ambition : rendre les agents départementaux acteurs de leur transition et des usages numériques dans leur pratique professionnelle. « On s’aperçoit que les transitions numériques sont souvent vécues comme une contrainte et non comme une opportunité ; en les rendant acteurs et en les accompagnant dans leurs expériences digitales, nous parviendrons à traiter l’encapacitation numérique, en donnant aux agents la possibilité d’apprendre par eux-mêmes les pratiques numériques dans leur cadre professionnel », explique Benjamin Mathieu, directeur des services numériques au département des Alpes-Maritimes. Aujourd’hui, la maturité numérique de nos agents est hétérogène. Tant qu’ils n’auront pas atteint cette maturité, plus nous aurons des résistances au changement face à l’adoption de nouveaux projets numériques et moins nous porterons l’innovation. » L’ambition de la collectivité est double. Il s’agit non seulement de favoriser l’apprentissage du numérique pour un usage courant, performant, responsable et innovant, et d’être un pôle d’échange entre les collectivités et les professionnels du secteur public sur les bonnes pratiques autour du numérique. L’enjeu étant de soutenir et d’offrir les ressources nécessaires aux agents départementaux. Au fur et à mesure qu’ils seront aguerris dans leur pratique digitale, les agents pourront travailler simultanément sur l’innovation au sein de la collectivité.

UN CONCEPT INÉDIT

Pour Charles-Ange Ginésy, président du département des Alpes-Maritimes, le Smart Corner « participe de notre volonté de nous approprier le numérique, de le démocratiser, de bien le comprendre et bien le maîtriser pour l’utiliser à bon escient. Une administration plus digitale pour mieux accompagner les Maralpins est l’un des objectifs au coeur de notre projet Smart Deal. » Avec le plan de transition environnementale, le Smart Deal, plan de transition numérique porté dès 2018 par le conseil départemental sur l’ensemble du territoire des Alpes-Maritimes, constitue l’un des deux axes majeurs de la politique impulsée par le nouveau président du département. Ainsi pour répondre à cette double ambition d’apprentissage et d’innovation numérique, le Smart Corner tiers-lieu installé à Nice dans les locaux du département a aussi vocation à s’ouvrir sur l’extérieur auprès des partenaires publics et privés à travers toute une programmation d’ateliers, de tables rondes et de visioconférences sur différentes thématiques en lien avec le numérique. « Lors de ces événements, nous ferons intervenir des experts, des référents de la collectivité ou de structures privées pour évoquer ensemble comment mener cette transformation », précise le directeur des services numériques. Et pour toucher tous les collaborateurs dans tous les services, sur les sites extérieurs, dans la durée, une équipe mobile pluridisciplinaire, le Smart Tour se déplacera régulièrement dans tout le département afin de les accompagner durablement et leur faire bénéficier de formations et d’un suivi. Enfin, pour orchestrer ce pôle d’excellence, une plateforme Web a été développée. Tous les projets numériques de la collectivité y seront exposés.

180 AMBASSADEURS

Avec l’aide de son réseau de 180 ambassadeurs, un par service, le département compte bien convaincre les agents du bien-fondé de sa démarche. Les managers bénéficieront d’une formation pour développer leur capacité numérique et pouvoir en faire la promotion auprès de leurs équipes. C’est une nouvelle étape qui commence dans la modernisation des outils, des pratiques et démarches utilisés par le département. Charles-Ange Ginésy espère « qu’il conduira à des collaborations avec d’autres collectivités.

LES QUATRE ESPACES DU SMART CORNER

Un Smart Store et Collect, dédié à l’accompagnement personnalisé et au retrait rapide du matériel

Cet espace propose une aide personnalisée aux agents mais aussi aux élus qui rencontrent des problèmes dans l’utilisation des outils ou applications numérique dans leur travail quotidien. Il pourront également y récupérer le matériel dont ils ont besoin, à condition qu’il réponde à la politique d’attribution des matériels exposée au sein du catalogue de services numériques établi par le département.

Une Smart Room, espace de découverte autour d’innovations numériques

Il s’agit de la plus grande salle composée de trois unités. Y sont proposés des ateliers sur des thématiques numériques actuelles et engageantes, un kiosque numérique pour éveiller les lecteurs aux nouvelles tendances sociétales comme le numérique responsable, la cybersécurité ou encore le numérique au service de l’innovation managériale et des démonstrateurs technologiques pour implémenter les usages à venir. « L’idée des démonstrateurs est de sélectionner les technologies dont on pense qu’elles sont potentiellement transposables dans nos métiers et notre organisation et suffisamment disruptives pour faciliter les pratiques professionnelles et augmenter l’expertise et la performance. »

Un Smart Lab, lieu de conception, de création, d’idéation autour des projets numériques

Ce lieu invite à se réinterroger sur les processus métiers de la collectivité. « C’est ici que l’on vient réfléchir en intelligence collective avec un groupe pour définir la valeur et le bénéfice de mener ou non un projet, à définir comment nous souhaiterions que les outils numériques viennent faciliter nos activités au bénéfice de l’exécution de nos missions et des usagers. On vient aussi y adresser tous les sujets connexes à la digitalisation de nos pratiques professionnelles, notamment l’adaptation du management. Ces sujets seront adressés sous forme de thématiques dans les ateliers au sein de la Smart Lab.»

Une Smart Class, une salle équipée pour se former aux outils numériques

Plus classique, attractive et ludique, la Smart Class propose en lien avec un learning center des formations à distance ou en présentiel.

Patrimoine : une collecte de dons pour les communes sinistrées par la tempête Alex

La Fondation du Patrimoine lance un appel national à la générosité publique afin de venir en aide aux communes de la Vallée de la Roya, de la Vésubie et du Haut-Pays, dans le département des Alpes-Maritimes, dévastées par la tempête Alex à l’automne 2020.« Le démarrage rapide des travaux, au-delà du message d’espoir porté vers toute une population, représente un enjeu économique majeur. Il permettra de donner du travail aux artisans locaux, aux métiers d’art, et aux entreprises spécialisées dans la restauration du patrimoine » explique-t-on à la Fondation du Patrimoine. Si le patrimoine historique, dont le patrimoine religieux, a apparemment résisté - aucun monument n’a été emporté - les 500 mm de pluie ont gravement endommagé les toitures d’édifices déjà vulnérables par le poids des siècles. L’eau est entrée à l’intérieur des édifices, et a entrainé des dommages annonciateurs d’une prochaine et rapide dégradation (fissures, décroutages, affaissements, etc.). Or selon Fondation du Patrimoine « il s’agit pour une grande partie d’un patrimoine remarquable par ses caractéristiques et sa rareté : de style « baroque ligure », on ne le trouve que dans cette partie de la France ».

Alpes-Maritimes : une agence d’ingénierie départementale au services des collectivités

Pour répondre à la solitude des maires qui disposent de peu de moyens humains et rencontrent des difficultés d’action, le Département des Alpes-Maritimes ouvre son Agence départementale d’Ingénierie. Baptisé l’agence 06, cet établissement public administratif va apporter une assistance juridique (sur les questions de fonctionnement démocratique, l’urbanisme, le foncier, la commande publique) et technique (relative au domaine de la voirie, du bâtiment, de l’aménagement, de l’environnement, du tourisme, de la santé, du développement rural) pour accompagner les communes répondant aux critères de la ruralité ou ayant de faibles ressources. « Sa mission principale est d’aider les 99 communes éligibles dans le département des Alpes-Maritimes, mais aussi les intercommunalités, en leur proposant un accompagnement en ingénierie sur le plan administratif, technique et juridique, explique Charles-Ange Ginésy, le président du conseil départemental. Les communes rurales ont besoin de ce soutien pour porter des réalisations structurantes et complexes. Sans se substituer à leurs projets, le Département, à travers l’AGENCE 06, se tient à leurs côtés pour les accompagner. Véritable facilitateur, elle permet ainsi à chacune d’elle de continuer à proposer une stratégie de développement et d’aménagement équilibré de leur territoire. Dans cette optique, elle met à la disposition de l’ensemble des municipalités une équipe spécialisée pour de courtes missions ». Après le passage de la tempête Alex, qui a fortement touché le département les 1er et 2 octobre 2020, l’Agence 06 prend tout son sens. Elle sera aux côtés des Maires et de leur commune pour reconstruire et aller de l’avant.

Les collégiens des Alpes-Maritimes s’approprient l’intelligence artificielle

75% des collégiens du département sensibilisés à l’intelligence artificielle (IA) sous trois ans dès cette rentrée 2020-2021 : c’est l’objectif du projet arc-en-ciel présenté cette semaine par le conseil départemental des Alpes-Maritimes. Dans ce dispositif éducatif et pédagogique, un collège d’acteurs institutionnels, académiques et industriels travaille avec les acteurs de l’éducation pour leur faire découvrir, comprendre et expérimenter les IA. Et peut-être susciter des vocations. « Il est essentiel de comprendre l’IA car c’est se donner les moyens de comprendre l’avenir et de saisir de nouvelles opportunités » estime Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et président du Syndicat Mixte de la Maison de l'Intelligence Artificielle (S2MIA).Concrètement, plusieurs formats d’apprentissage vont être proposés : des cours et des Moocs, des webinaires disponibles en ligne, dans la Maison de l’intelligence artificielle (MIA) ou dans des tiers lieux ou encore des activités et des parcours pédagogiques dans la MIA ou virtuels. L’objectif étant que les collégiens aient l’opportunité d’expérimenter et d’utiliser l’IA mais aussi de leur offrir des parcours d’études clairs pour continuer dans cette direction. Pour Richard Laganier, Recteur de l’Académie de Nice « Il est nécessaire aujourd’hui que nous portions un regard attentif au fait que si le numérique est un outil de formation nous devons impérativement former nos collégiens, mais plus largement l’ensemble des élèves, au numérique et à ses applications. Et la pointe du numérique quelque part est l’IA qui est de plus en plus présent dans nos vies, dans nos univers domestiques et professionnels ». D’autres outils viendront accompagner ces premières activités, tels qu’une mallette pédagogique mobile qui pourra être acheminée dans le moyen et haut pays afin d’amener les ateliers et la découverte de l’IA au plus près des vallées.