Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Communiquer sur les aménagements du territoire, un défi ?

Paroles d'expert
09 septembre 2021

Par Marie-Céline Terré, spécialiste de la communication des institutions publiques et des territoires.

On peut raisonnablement affirmer que la communication sur les projets d’aménagement d’un terri­toire demeure le parent pauvre de l’effort de communication publique ! Pourtant ces investissements concourent largement à la promotion d’un territoire et sont pourtant indispensables à la fixation du­rable de l’activité économique, des échanges et donc des populations ! Alors ? On postule que ces su­jets sont dans l’angle mort des équipes de communication, souvent mobilisées qu’en toute fin de projet, au mieux au moment de « vendre » aux populations les embarras inhérents au chantier, au pire au moment de l’inaugu­ration avec la célèbre coupure de ruban des personnalités locales représentant les financeurs du projet. Entre-temps, on voit fleurir à l’approche des chantiers de belles palissades « ici votre collectivité investit pour votre avenir ». Franchement, au vu des montants mobilisés et de la durabilité des investissements, ces projets ne mérite-t-il pas mieux ? Pourquoi ne pas relever le défi d’une communication plus mobilisante en l’intégrant comme véritable partie prenante du projet. C’est-à-dire, en incluant le plus en amont possible les équipes de communicants dans le design de l’opération, et pas seulement sur le planning de la recette du chantier ! Feuilletonner les étapes d’un projet et donner des rendez-vous réguliers sont un moyen, pour les citoyens, de se sentir embarqués dans le projet.

On nous objectera qu’il convient déjà dans le déploiement de ces investissements de trouver un langage commun entre les experts et les acteurs locaux, parce qu’il s’agit de projets techniques, que les appels à la consultation publique sont faits pour cela et que les efforts de pédagogie réalisés à cette occasion sont importants. On est d’accord. Mais s’est-on jamais interrogé sur le feed-back de ces dispositifs de consultation ? Pourquoi le public qui vient aux réunions est finalement tou­jours le même ? Sans doute parce que ce que l’on présente est un chantier et non un projet d’aménagement, une vision de l’avenir de là où on vit, on travaille… On ne partage que la solution élaborée par des experts et pas l’enjeu…

 Redonner du sens aux investissements

L’engouement pour le développement durable et la préservation de la planète pourraient être un levier pour mobiliser davantage les citoyens en portant à leur attention l’intérêt du projet en valorisant ses vertus pour la collectivité. Redonner du sens aux décisions publiques en les insérant dans un projet global, une histoire du territoire, c’est sortir de la communication du seul chantier et lui donner une dimension durable et transgénérationnelle. Des sites dédiés et des mises en forme 3 D du projet sont de nature à permettre aux néophytes de se projeter dans le moment post-chantier et de saisir le plus tôt possible l’intérêt de ces infrastructures pour la collectivité. Enfin, je suis toujours frappée de l’absence de pédagogie sur les coûts. Pourtant nous prenons soin de ce qui nous coûte ; n’est-il pas urgent de parler de façon simple, du prix des investissements, des non-investissements, des choix faits, aux citoyens d’un territoire quels que soitent leurs niveaux de contribution ?

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right