Redonner du sens à l’action publique locale

Paroles des associations
08 juillet 2019

Pascal Fortoul, Président de l’ADGCF et DGS de la communauté d’agglomération du Pays Voironnais.

L’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF) vient de réaliser une étude prospective ayant pour titre Quel monde territorial demain ? À l’origine de la démarche, un constat : les mutations qui affectent aujourd’hui les territoires commandent de revisiter l’organisation politico-administrative locale de notre pays. La mobilité toujours plus croissante de nos concitoyens combinée à l’individualisation des modes de vie, la concentration des moyens de production au sein de nos grandes agglomérations, la prise en charge du changement climatique, sans oublier, bien sûr, l’essor des nouvelles technologies, modifient en profondeur notre appréhension et notre usage du service public. Autant de bou- leversements auxquels nos collectivités doivent faire face et qui accélèrent l’ob- solescence des périmètres institutionnels.
Pour l’ADGCF, loin de constituer une entrave à l’exercice des politiques publiques, la période de grande transition sociétale que nous traversons apparaît comme une fenêtre d’opportunité pour définir et déployer une administration territoriale réellement performante, parce que davantage connectée avec le quotidien des Français.
C’est en partant de cette hypothèse que l’Association a ouvert un chantier collectif, celui de la construction d’un nouveau modèle pour l’action publique locale. Partant d’une déconstruction des mots et concepts qui structurent depuis une quarantaine d’années la pensée territoriale – à l’instar de l’« égalité » ou de la « proximité » notamment –, l’ADGCF a déployé des dispositifs d’en- quête qualitative et quantitative pour recueillir le point de vue et les propositions des cadres communautaires et métropolitains sur les potentielles évolutions de notre organisation territoriale. On note, par exemple, le souhait de voir les élus qui arriveront au pouvoir en 2020 prendre à bras-le-corps la problématique des recompositions communales, c’est-à-dire de réduire drastiquement le nombre de communes afin de mieux équilibrer le fonctionnement du bloc local. Comment sortir des concurrences stériles entre les territoires et mettre fin à la ségrégation dans l’accès aux équipements ? Eh bien, en déterritorialisant l’impôt économique ! C’est également, pour l’ADGCF, une des hypothèses à envisager sérieusement si l’on veut, enfin, sortir des égoïsmes territoriaux.
In fine, c’est bien le besoin de redonner un « cap » à l’action publique en se référant davantage au principe d’« intérêt général » et, surtout, en se préservant de l’emprise des intérêts catégoriels qui constitue le soubassement « idéologique » des propositions formulées par les managers intercommunaux.

Les résultats complets de ce travail sont disponibles sur www.adgcf.fr

QUI SONT-ILS ?
■ Créée en 1992, l’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF) fédère un millier de cadres dirigeants de communautés et métropoles.
■ L’ADGCF est présidée par Pascal Fortoul, directeur général des services de la communauté d’agglomération du Pays voironnais (38).
■ Cette association non corporatiste se définit comme un lieu de réflexion sur les dynamiques territoriales et comme un centre d’expertise dédié au management des politiques locales.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right