Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Un programme national de recyclage du béton

Non classé
30 septembre 2012

Le recyclage des matériaux inertes du BTP est aujourd’hui considéré comme une solution d’avenir afin de répondre au déficit entre production et consommation et de mieux protéger l’environnement. Le programme national Recybéton, lancé cette année, vise à apporter des solutions pour l’utilisation des bétons recyclés en s’appuyant sur des chantiers et des expérimentations en laboratoire.

Ce Projet National de Recherche et Développement vise principalement à changer la tendance au niveau national en favorisant la réutilisation de l’intégralité des produits issus des bétons déconstruits. L’utilisation des granulats recyclés en travaux routiers est déjà bien développée et des études sur le recyclage du "béton pour faire du béton" sont en cours. Toutefois, beaucoup de questions subsistent sur ces deux applications, bétons routiers et bétons de structure, et le présent projet vise à y répondre.

Ce projet s’intéressera aussi au recyclage des matériaux hydrauliques issus de la déconstruction des bétons comme matière première dans la production de liants hydrauliques (pour produire le clinker ou comme constituant de nouveaux produits).

Deux objectifs ambitieux :
• la réutilisation de l’intégralité des matériaux issus des bétons déconstruits, y compris les fines, dans de nouveaux bétons (à l’exception des bétons à hautes performances),
• le recyclage de matériaux issus de la déconstruction des bétons comme matière première pour la production de liants hydrauliques (pour produire le clinker ou comme constituant de nouveaux produits).

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right