Traitement écologique des eaux usées : une station d’épuration pour les bourgs de Solignac et Le Vigen (87)

Non classé
31 janvier 2013

Depuis six mois environ, Limoges Métropole dispose d’une nouvelle station d’épuration sur filtres étagés plantés de roseaux (capacité de 1 500 EH) pour les bourgs de Solignac et du Vigen.

C’est en juillet 2010 que des travaux d’assainissement pour la collecte et le traitement des eaux usées des deux communes ont été engagés afin d’améliorer la qualité des rejets dans la rivière Briance (affluent de la Vienne), pour répondre à la législation en vigueur et réduire l’impact des pollutions notamment en matière d’eutrophisation.

Le coût total de l’opération s’est élevé à 2 620 254 euros TTC soit 1 651 147 € TTC pour le collecteur d’eaux usées et 969 107 € TTC pour la station d’épuration. Pour son financement, Limoges Métropole a bénéficié de subventions du Conseil Général de la Haute-Vienne et de l’Agence de l’eau Loire Bretagne :

Le nouveau dispositif d’assainissement collectif est composé de deux parties :
La création d’un réseau de collecte des eaux usées. Il s’agit de la réalisation, en tranchée, d’un collecteur d’eaux usées, gravitaire. Ce collecteur des eaux usées d’une longueur cumulée d’environ 4,5 km comprend ainsi :
- 3 postes de refoulements permettant le relèvement des eaux usées sur des canalisations à écoulement gravitaire. Ces postes sont équipés de télésurveillances afin de contrôler les temps de pompage et les dysfonctionnements éventuels.
- 74 branchements neufs permettant de récolter les effluents des usagés sur le tracé du collecteur.

La création d’une station d’épuration sur filtres plantés de roseaux. Ce principe « d’épuration douce » prévoit la circulation des eaux usées sur des bassins successifs, aménagés en pallier, garnis de graviers et de sable, sur lesquels se fixent les bactéries épuratrices. Les roseaux plantés en surface du massif, permettent de limiter les phénomènes de colmatage par l’abondance de leurs racines.

La capacité de cette station est évaluée à 1500 équivalents habitants soit 740 EH pour Solignac et 350 EH pour Le Vigen, plus une marge d’avenir. La station se trouve aux lieux-dits «Les Côtes» sur la commune de Condat-sur-Vienne et couvre près de 1,5 hectare de terrain.

La solution choisie pour le procédé de traitement de cette station d’épuration est bien adaptée aux besoins des collectivités en zone rurale. Elle est aussi :
- Ecologique : très bonne intégration paysagère sans nuisance sonore ou olfactive pour les riverains et sans problème de stockage et de traitement des boues. Les boues sont déshydratées et compostées sur place grâce à l’action des bactéries et des plantes. L’implantation particulière de la station sur le site a permis la conservation d’une zone humide aujourd’hui totalement intacte.
- Economique : Peu de frais d’exploitation liés au process, comparé aux installations de type «boues activées», avec un coût de fonctionnement très bas de l’ordre de 8400 euros à l’année et des interventions humaines limitées (une manoeuvre de vannes tous les 3 ou 7 jours et un faucardage des roseaux annuel). De plus, le principe gravitaire du système ne requiert aucune consommation énergétique.
- Fiable : Outre les très bons rendements épuratoires attendus sur les matières organiques, la problématique de l’azote et du phosphore a également été prise en compte dans la conception de la station avec notamment la création d’une grande surface réservée aux écoulements subhorizontaux qui permet de retenir le phosphore résiduel.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right