Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Social : Seloncourt optimise sa masse salariale

Non classé
30 septembre 2013

Mutations, retraites, recrutements, réorganisation... Anticiper et optimiser le budget du personnel requiert une bonne dose de patience et de calcul. Samuel Buhler, directeur général des services de Seloncourt a trouvé une solution. La problématique n’a malheureusement rien d’original. Comme toutes les communes françaises, Seloncourt (6000 habitants, huitième commune du Doubs) cherche les leviers financiers qui lui permettront de réaliser des économies. Malgré la réduction de la dotation et l’augmentation des coûts de fonctionnement, la commune va bien, avec un endettement moyen par habitant inférieur à la moyenne départementale (400 euros contre 800) mais l’objectif est de maintenir le niveau d’autofinancement pour éviter tout nouvel emprunt.

Après l’externalisation de services, par exemple le nettoyage des bâtiments, Seloncourt s’intéresse à la masse salariale. « Avec un budget de 2,6 millions d’euros pour 70 postes en équivalent temps plein, le coût du personnel pèse pour 55 % dans notre budget de fonctionnement. Le ramener à 50 % représenterait donc une économie significative », résume Samuel Buhler, directeur général des services. « C’est le seul levier sur lequel nous pouvons encore agir. Nous travaillons sur notre organisation pour dégager, chaque fois que cela est possible, du temps tout en maintenant le niveau de service attendu par la population et par nos élus. » La marge de manoeuvre est étroite. Chaque départ à la retraite ou mutation donne lieu à une réflexion sur l’organisation. « Un poste non renouvelé est une économie de 22000 à 25000 euros minimum. Nous sommes en train de répartir la comptabilité sur deux personnes contre trois, suite à une mutation. Cela demande à mettre à plat nos procédures et nos outils informatiques. »

Il faut ajouter à la problématique une pyramide des âges qui annonce plusieurs départs en retraite. « Sept sur la prochaine mandature », souligne Samuel Buhler. « Nous nous plaçons dans une démarche prévisionnelle : nous devons poser autant d’hypothèses que nécessaire pour anticiper ces départs et maîtriser au mieux nos dépenses. »

Jusqu’à il y a peu, ce travail de préparation et d’optimisation du budget du personnel mobilisait deux personnes, quinze jours non stop, sur une kyrielle de tableaux Excel. Pour le prochain exercice, Samuel Buhler a ramené la charge à deux jours, sur une seule personne ! « Nous avons trouvé un outil qui facilite ces projections : l’Atelier Salarial, une application en mode SaaS éditée par la société Adelyce, et proposée avec l’accompagnement d’un consultant spécialiste des RH. Il n’y a aucune saisie à faire puisque l’outil se base sur le fichier des paies. Il propose un assistant de préparation budgétaire, simple et rapide à manipuler, avec lequel nous envisageons tous les cas de figure. Nous disposons ainsi des données prospectives réelles. Nous voyons ainsi mieux comment ramener notre masse salariale à 50 % du budget de fonctionnement et nos élus disposent d’éléments de décision clairs pour orienter leur politique de service ».

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right