Rythmes scolaires : l’AdCF réaffirme son soutien à Benoît Hamon

Non classé
14 mai 2014

Lors de leur rencontre avec Benoit Hamon, ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, lundi 12 mai, le président de l’Assemblée des Communautés de France (AdCF), Daniel Delaveau, et Marc Fesneau, président de la communauté de communes Beauce et Forêt (membre du conseil d’orientation de l’AdCF), ont confirmé le soutien de l’association à la réforme des rythmes scolaires.

Dans un communiqué, l'AdCF précise qu'« en un moment marqué par une perte d’efficacité de l’enseignement de premier degré français, l’ampleur des phénomènes de décrochage et la montée des inégalités scolaires soulignée récemment par l’OCDE, la réforme des rythmes scolaires est une condition nécessaire, même si non suffisante, du redressement de notre système éducatif. » Daniel Delaveau a même précisé qu'il s'agissait d'« un objectif d’intérêt général qui doit l’emporter sur les postures et les attitudes démagogiques ».

Les représentants de l’AdCF ont plaidé pour le maintien du principe de généralisation de la réforme et le respect de la loi républicaine. Ils ont dans le même temps salué les assouplissements introduits dans sa mise en œuvre par le décret du 7 mai pour tenir compte des particularités territoriales et faciliter certaines mutualisations.

Par ailleurs, Daniel Delaveau et Marc Fesneau ont souligné le fort développement des compétences intercommunales dans le champ périscolaire, tant à travers l’organisation des activités que la gestion des équipements culturels et sportifs et le transport scolaire au sein des agglomérations. Ils ont plaidé pour que soit plus fortement encouragée par le ministère une coordination entre communes au sein des bassins de vie afin de proposer aux animateurs et aux associations des temps d’intervention optimisés.

Enfin, Daniel Delaveau et Marc Fesneau ont rappelé que la réforme devra voir ses effets optimisés dans le temps avec la mise en œuvre de véritables projets éducatifs locaux. « Le déficit d’ingénierie dans de nombreux territoires, et le manque de temps, ont souvent conduit à réduire la portée de ces projets », conclut le communiqué.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right