Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Recyclage : 50 000 tonnes de déchets recyclés en 2012 par les Industries du Plâtre

Non classé
31 juillet 2013

Depuis la signature de la Charte sur la Gestion des déchets en 2008, les industriels du plâtre sont engagés dans une politique proactive de gestion de leurs produits en fin de vie. Cette démarche qui bénéficie de l'aptitude naturelle du plâtre à être recyclé indéfiniment s'appuie également sur la création et la mise en oeuvre de filières de valorisation. Aujourd’hui, les industriels du plâtre recyclent 50 000 tonnes de déchets, soit 15 % du gisement des rebuts issus de la construction. Ce chiffre a été multiplié par 5 en 4 ans. L’ambition étant de recycler, à horizon 2020, 70 % du gisement de déchets à base de plâtre, soit 245 000 tonnes.

Pour les entreprises de pose, le recyclage représente une économie de 25 % à 40 % par rapport aux coûts de mise en décharge dans les installations de Stockage de Déchets Non Dangereux. La valorisation s’est développée sur l’ensemble du territoire à travers de nombreux partenariats nationaux, régionaux ou locaux, conclus par les industriels du plâtre. Ces accords impliquent des industriels, des entreprises de collecte, de recyclage ou de démolition ainsi que des déchetteries. On estime aujourd’hui à plus de 250 le nombre de points de collecte en France.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right