Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Orléans met en service sa première chaufferie biomasse

Non classé
31 janvier 2013

De l’électricité et du chauffage urbain « verts » pour alimenter l’équivalent de 13 000 logements et bâtiments de la ville d’Orléans. La Mairie poursuit ainsi son engagement de participer à la diminution de la production des gaz à effet de serre et donne naissance, ce jeudi 20 décembre, avec son concessionnaire Socos (filiale de Dalkia), à la première chaufferie de cogénération fonctionnant à la biomasse à Orléans. Une seconde chaufferie verra le jour en 2014, au nord de la ville.

La Source, l’un des quartiers les plus importants d’Orléans avec ses 18 000 habitants, bénéficie dorénavant d’un mode de production de chauffage urbain et d’électricité « propre ». Après 14 mois de chantier, la chaufferie est livrée dans les délais et alimentera progressivement les abonnées dès le 26 décembre prochain, pour être opérationnelle à 100 % d’ici fin janvier 2013.

Cette chaufferie biomasse de 25 MW thermique, dite de « cogénération », a une double vocation ; elle produit simultanément :
• de la chaleur pour le réseau de chauffage urbain du quartier (puissance thermique de 17 MW),
• de l’électricité injectée sur le réseau public et vendue à EDF (puissance électrique de 7,5 MW). D’une longueur de 25 kilomètres, le réseau de chauffage urbain (eau surchauffée) alimente près de 7 500 logements et bâtiments du quartier, pour un équivalent de 13 000 logements chauffés. Parmi les principaux bâtiments concernés, on trouve : le campus universitaire, le futur grand hôpital d’Orléans (2015), les établissements scolaires, les centres commerciaux, les immeubles de bureaux, etc.

Le montant de l’investissement nécessaire à la construction de cette chaufferie dépasse les 40 millions d’euros. La filière d’approvisionnement en bois : des solutions respectueuses de l’environnement 90 000 tonnes de bois seront consommées annuellement pour le bon fonctionnement de la chaufferie. L’approvisionnement se limitera à un secteur géographique d’un rayon de 100 kilomètres, offrant le double avantage de faire fonctionner les entreprises locales et de limiter les distances parcourues.

La cogénération biomasse s’appuie sur trois ressources : la ressource forestière (produits de la sylviculture : bois d’élagage, bois déclassés, taillis,…), les sous-produits issus de l’industrie du bois (scieries, menuiseries : écorces, chutes, plaquettes, …) et les bois recyclés propres (palettes, caisses,…). Ces consommations, qui plus est raisonnées, ne font en aucun cas disparaître les forêts : elles contribuent à leur entretien et à leur extension.

La Mairie d'Orléans a dévoilé en début d’année un second projet de chaufferie biomasse, cette fois au nord, offrant ainsi une alimentation plus propre et plus écologique à l’intégralité de ses réseaux de chauffage urbain. Le projet verra le jour au cours du second semestre 2014.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right