Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Lorraine : le BRGM inaugure en Lorraine la première station de pompage et de traitement des eaux minières financée par l’Etat

Non classé
30 novembre 2012

Le pompage et le traitement des eaux minières sur le site de Simon 5 à Forbach devraient permettre de préserver la qualité de la nappe phréatique, menacée par le phénomène d’ennoyage des terrains miniers sous-jacents, suite à l’arrêt de l’exploitation charbonnière en Lorraine et des exhaures minières.

L’installation assurera également un rôle de régulation du niveau de cette nappe phréatique, afin de protéger les zones d’habitations vulnérables au risque de remontée des eaux souterraines.

Les opérations de pompage et de traitement des eaux minières répondent donc à deux enjeux majeurs que sont la protection des infrastructures urbaines, vulnérables au risque de remontée de l’eau souterraine et la préservation de la qualité de cette dernière.

Pour un investissement total de l’État de 2,5 millions d’euros, la station de pompage et de traitement s’étend aujourd’hui sur près de 4 hectares.

Après une étape de validation hydraulique de l’installation initiée en juin dernier, la station est aujourd’hui complètement opérationnelle. L’eau pompée dans le réservoir minier, chargée de fer soluble, est d’abord traitée dans 2 bassins de décantation, aménagés d’une cascade d’oxygénation, afin d’insolubiliser le fer et permettre sa décantation. L’eau minière est ensuite acheminée vers des lagunes plantées de roseaux dans lesquelles l’action conjuguée des systèmes racinaires et la capacité d’absorption de ces végétaux, permet un traitement efficace. Après un parcours de traitement d’environ deux jours, l’eau ainsi épurée peut alors être rejetée vers le milieu naturel sous contrôle préalable de sa qualité en sortie des lagunes.

On estime aujourd’hui qu’une vingtaine d’années sera nécessaire à l’amélioration de la qualité des eaux du réservoir minier, avant un possible arrêt de l’épuration des eaux pompées.

En revanche, l’activité de pompage sur ce site s’impose comme pérenne afin d’éviter tout risque de remontée des eaux de la nappe phréatique et l’inondation des points bas en surface. Le pompage des eaux minières doit ainsi passer progressivement de 60m3/h à 450m3/h.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right