Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Le Premier ministre consulte la Fédération des villes moyennes

Non classé
05 juin 2014

Ce mercredi 4 juin 2014, le président de la Fédération des villes moyennes (FVM), Christian Pierret, ancien ministre, et la présidente déléguée, Caroline Cayeux, sénatrice-maire de Beauvais ont été reçus par Manuel Valls, dans le cadre de la concertation menée sur la réforme territoriale. Le Premier ministre est tout d'abord revenu sur les grandes lignes du projet de réforme : « le pays en a besoin », a t-il précisé. Manuel Valls a confirmé aux élus le maintien du département en tant qu’entité administrative, la présence du préfet et le maintien de la circonscription électorale. L’assemblée départementale serait toutefois appelée à évoluer (d'ici 2020). Christian Pierret a souligné, à cette occasion, "les fonctions centrales des villes moyennes dans l’aménagement de l’espace, qu’il s’agisse d’emploi, de cohésion ou d’offre de services publics". Sur les questions financières, celui-ci a demandé au Premier ministre que la réorganisation territoriale renforce les péréquations. Christian Pierre s’est, en effet, dit inquiet du risque de baisse uniforme des dotations, de suppression des dégrèvements accordés par l’État et du recul de la péréquation.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right