Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Le département du nord met en place « l’assiette durable »

Non classé
31 janvier 2012

Conscient de l’enjeu essentiel que représente la restauration collective des collégiens, le département du Nord s’est engagé depuis janvier 2010 dans un projet fort : « l’assiette durable ». Il s’agit d’une démarche de qualité qui s’inscrit dans la vie de l’établissement et dont l’ambition est de faire de la restauration scolaire un outil au service du développement durable, à la convergence d’enjeux sociaux (santé des collégiens), économiques (l’achat public, …) et environnementaux (tri des déchets, transport des denrées, …) en améliorant la performance des restaurants, en tenant compte des incidences environnementales liées aux différents processus de restauration, de la production des aliments, du traitement des déchets produits…, en respectant la santé des convives grâce à des repas sains et équilibrés.

Un référentiel « assiette durable » a été élaboré. Les 12 objectifs se déclinent en 34 « sous-objectifs » et en 47 préoccupations avec 3 niveaux de performance identifiés dans une application électronique très souple d’utilisation qui permet à l’établissement de se positionner et de s’évaluer régulièrement (baromètre Assiette durable). Pionnier de cette démarche globale sur la restauration durable, le département a déposé le terme d’Assiette durable à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). L’objectif étant de parvenir à une labllisation et peut-être, à plus long terme, une certification.

Chiffres : Dans le département du Nord, 57482 collégiens (soit 61,5 %) fréquentent les 170 restaurations collectives et près de 8 millions de repas y sont réalisés par an.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right