Le Conseil général de Seine-et-Marne poursuit son combat pour une eau de qualité pour tous !

Non classé
31 mars 2013

Dès 2005, répondant à un constat alarmant sur la qualité et la quantité de l’eau en Seine‐et‐Marne (près de la moitié du département présentait alors une eau potable non conforme à la réglementation), le Conseil général a réuni la Région Ile‐de‐ France, l’Etat, l’Agence de l’eau, la Chambre d’agriculture et l’Union des Maires autour de mesures urgentes à prendre sur les volets préventif, curatif et d’information, mais également dans la mise en place d’instances communes de pilotage pour s’assurer de la bonne exécution de ces orientations.

C’est ainsi que s’est mis en place le premier plan départemental de l’eau, à travers de nombreuses actions : protection de l’eau, amélioration de sa qualité, mesures de lutte contre la sécheresse et la pollution par les pesticides, ou encore sensibilisation des municipalités et des habitants au « zero‐phyto » et aux « éco‐gestes ».

Sept ans plus tard, le bilan de ce premier plan est un succès pour le Conseil général. Le nombre de Seine‐et‐Marnais ayant une eau non conforme au robinet a baissé de 46 %, 37000 habitants ne sont plus concernés par des restrictions d’usage, 71 % des communes (contre 10 % en 2007) sont engagées dans une demande de réduction de l’utilisation de pesticides et 36 stations d’épuration ont été mises aux normes avec l’aide financière du Département.

Fort de ces résultats, le Conseil général lance le 2e Plan Départemental de l’Eau, plus en phase avec les nouveaux défis du département en matière de préservation et d’accès à une eau de qualité pour l’ensemble des Seine‐et‐Marnais. En effet, si la qualité de l’eau au robinet des Seine‐et‐Marnais s’est améliorée grâce à l’action du Département, la dégradation de la ressource met en péril le retour au bon état des masses d’eau dont dispose la Seine‐et‐Marne à brève échéance. La lutte contre les pollutions diffuses est le grand challenge de ce plan 2012 ‐2016. Réparties sur de grandes surfaces, les pollutions diffuses représentent des quantités importantes mais difficiles à évaluer. Là où leurs origines peuvent être connues, il apparaît souvent impossible de repérer géographiquement les points précis de pollution. Face à ce défi, le Conseil général souhaite lancer une grande politique de sensibilisation envers les particuliers, l’ensemble des acteurs des infrastructures de transports ou de loisirs, ou encore les espaces relevant de la compétence du Département comme les collèges.

Enfin, le monde agricole sera le secteur prioritaire dans la lutte contre les pollutions diffuses, compte tenu des surfaces et des quantités de produits agricoles en jeu. Le Conseil général lancera une action d’envergure vers la profession agricole et la Chambre d’Agriculture et soutiendra tout particulièrement les actions innovantes pour la protection des zones à risques et le développement de la production intégrée et de l’agriculture biologique

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right