Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La ville de Saint-Étienne s’offre un portail culturel entièrement dématérialisé

Non classé
28 février 2014

La ville de Saint-Étienne a mis en place en 2005 une offre culturelle destinée aux 16-25 ans, le Sainté Pass. Le principe : 13 coupons pour 10 euros donnant droit à des réductions sur des spectacles, des expositions… Une initiative qui plaît, mais le format papier s’avère rapidement contraignant. En 2010, les ventes ont chuté de moitié. Décision est donc prise de créer un portail innovant, entièrement dématérialisé pour relancer l’offre.

Le projet a un caractère particulièrement innovant : créer le premier portail en France qui propose une offre dématérialisée de bout en bout. Un challenge certes motivant mais aussi un pari audacieux. « Les contraintes étaient très fortes : inscription, commande, paiement et ebillet, et même site mobile dédié, tout devait s’effectuer en ligne, explique la direction des systèmes d’information. Autre exigence : procurer une souplesse optimale aux établissements partenaires qui gèrent leurs annonces directement en ligne. Enfin, le délai était court : le site devait impérativement être en ligne en avril 2013. » Suite au lancement du marché, le partenariat entre Micropole et MoneyLib séduit grâce à la grande souplesse proposée et par le système de billetterie, TicketLib. « C’était un pari. Les garanties apportées sur le pilotage du projet nous ont rassurés. Nous avons apprécié leur approche. Le site qu’ils proposaient était beaucoup plus souple, malléable et simple à faire évoluer que les autres réponses à notre consultation. » Des conditions indispensables pour respecter les délais et les coûts. Pari réussi : le site est mis en ligne le 17 avril 2013.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right