Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La Ville de Rennes lauréate des Trophées de l’eau 2013

Non classé
30 septembre 2013

La Ville de Rennes a été distinguée à l’occasion des Trophées de l’eau Loire‐Bretagne 2013, dans la catégorie « protection des ressources et réduction des pollutions », pour sa gestion intégrée des eaux pluviales et son programme d’économie d’eau, mis en oeuvre avec le Syndicat mixte de production du bassin rennais (SMPBR). Depuis 1998, la Ville de Rennes s'est engagée dans la maîtrise de la gestion des eaux pluviales consécutive au développement de l'urbanisation. Pour chaque opération, aménageurs, promoteurs, particuliers doivent stocker sur leur parcelle les eaux de pluie excédentaires. De nouvelles techniques, alternatives au « tout tuyau » se sont développées : noues paysagères (Beauregard, La Courrouze), toitures végétalisées (piscine des Gayeulles), chaussée réservoir (parking relais Poterie). Ces nouveaux concepts d'aménagement urbain ont pu être mis en oeuvre grâce au décloisonnement des services pour travailler de manière transversale en équipe pluridisciplinaire (architecte, urbaniste, paysagiste, hydraulicien, etc. Depuis 1998, 10400 m3 de stockage d’eaux pluviales ont été prescrits au profit du cycle de l'eau, de la biodiversité, du paysage et du cadre de vie des habitants.

Un programme d’économies d’eau associant acteurs publics et privés
En parallèle, la Ville de Rennes et le SMPBR ont mis en place un programme d’économies d’eau potable (intitulé Ecodo) qui vise à économiser 1,6 million m3 d'eau par an à l’échéance 2020, en s’attaquant à toutes les étapes du cycle : des usines de potabilisation jusqu’au robinet des usagers. Pour atteindre cet objectif, l’ensemble des acteurs locaux, publics et privés ont été associés à la démarche. À titre d’exemple on peut citer, parmi les nombreuses actions entreprises, la pose systématique de "mousseurs" d’eau dans les écoles ; la mise en place de bornes de puisage monétiques sur l’espace public à destination des entreprises de BTP notamment, où l’eau puisée est facturée en fonction des volumes réellement consommés et non plus au forfait ; la mise en place de cuves de récupération des eaux de pluie ou des eaux de vidange des piscines pour alimenter les balayeuses et les laveuses qui consomment plus de 13 000 m2 d’eau par an ; édition d’un guide des plans de sensibilisation à destination des hôteliers et des commerces, réalisés par des hôteliers et des commerces pilotes…

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right