Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La transformation des boues en biométhane

Non classé
28 février 2014

De nouvelles voies de valorisation sont aujourd’hui à l’étude comme par exemple la transformation des boues sèches en combustible pour la ville, en réinjectant le biogaz préalablement épuré dans les réseaux de chaleur. Le projet Biovalsan, lancé à Strasbourg par Lyonnaise des Eaux et Degrémont, vise par exemple à injecter du biométhane produit à partir des eaux usées dans le réseau de gaz naturel. Ce projet soutenu par la Commission européenne, va permettre d’injecter l’équivalent de la consommation de 5 000 logements basse consommation (BBC) par an. Le traitement thermique permet de détruire la matière organique des boues et de générer de la vapeur ou de l’électricité. Les procédés de destruction sont de deux sortes : d’une part, les procédés sous pression qui permettent l’oxydation partielle et la gazéification (production de synfuel) et d’autre part, les procédés d’incinération qui opèrent à pression atmosphérique et relèvent du principe de la destruction de liaisons constitutives de la matière organique. L’incinération est couplée au séchage thermique, mixte ou solaire, pour une meilleure efficacité. Une fois séchées, les boues sont valorisées en énergie, en co-calcination avec d’autres combustibles en fours d’incinération de déchets, de centrales thermiques ou de cimenteries.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right