Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La Lozère accompagne le développement de ses entreprises avec un programme d’aide au raccordement à la fibre optique

Non classé
31 octobre 2013

Dans ce département rural de 80 000 habitants, les élus se mobilisent pour dynamiser l’attractivité économique de leur territoire à travers un programme d’aide au raccordement à la fibre optique mis en place pour six mois. L’opération menée en partenariat avec l’opérateur Altitude Infrastructure, en charge du réseau Net48, doit permettre aux entreprises locales de se développer, voire même attirer de nouvelles implantations, grâce à une offre très haut débit accessible. En moyenne, les frais de raccordement au réseau coûtent 10 000 euros à une entreprise. «Un montant qui n’est pas négligeable et qui peut freiner un grand nombre de demandes » estime Stéphane Olivie, chargé d’affaires entreprises pour l’opérateur. D’ici le 31 décembre 2013, ces frais seront pris en charge pour toutes les entreprises privées, qui s’engageront sur des offres optiques (catalogue dit « L2E ») et pour un montant maximum limité à 20 000 € HT par raccordement (somme qui permet de couvrir un raccordement à environ 2 km du réseau).

Cette initiative, mise en place conjointement par le conseil général de la Lozère et Altitude innfrastructure, vise à fidéliser les principaux acteurs économiques du département et à dynamiser l’accès au très haut débit.

L’opérateur s’engage à prendre en charge les frais d’études et d’ingénierie tandis que le conseil général finance les travaux de frais d’accès au réseau et les équipements. Parmi les fournisseurs d’accès Internet* qui proposent des offres THD aux entreprises depuis le début de la commercialisation du réseau (mi 2012), certains ont d’ores et déjà annoncé leur soutien à cette opération, en supprimant leur FAS (frais d’accès au service).

 

En matière d’infrastructures télécoms, la Lozère n’est pas en reste…
Dès le début des années 2000, le conseil général de la Lozère s’est intéressé aux enjeux liés à l’aménagement numérique du territoire et s’est fortement investi dans ce domaine.

Cela a commencé par la mise en place d’une fibre optique publique sur l’autoroute A75 entre Clermont-Ferrand et Pézenas afin de désenclaver le Sud du Massif Central. Jean-Paul Pourquier, Président du conseil général de la Lozère a pris l’initiative de cette opération et a réuni les départements traversés par l’A75 (Puy-de-Dôme, Haute-Loire, Cantal, Lozère, Aveyron et Hérault ) et les régions Auvergne et Languedoc-Roussillon, au sein du syndicat mixte de l’autoroute numérique A75 qu’il préside pour mener à bien cette opération d’envergure et d’aménagement. Le conseil général a ensuite engagé une réflexion globale pour construire un réseau très haut débit à l’échelle départementale, avec l’aide de l’Europe, de l’État et de la région Languedoc- Roussillon. Avec Altitude Infrastructure, il a également été retenu dans le cadre du programme gouvernemental en tant que projet pilote pour déployer une infrastructure expérimentale FTTH au coeur du village étape d’Aumont-Aubrac sur l’A75.

Dernièrement, à la demande du Syndicat mixte lozérien de l’A75, trois nouvelles zones d’activités ont été labellisées THD (La Tieule, Le Monastier et Le Pêcher).

Avec cette nouvelle initiative, les partenaires montrent une nouvelle fois qu’en termes d’infrastructures télécoms la Lozère n’a rien à envier aux territoires les mieux pourvus de France.

 

* Adista, Alsatis, Completel, Facilaretenir.com et SFR Business Team

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right