Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La DGCL met à jour son guide pratique sur les états de la dette

Non classé
28 mars 2014

La Direction générale des collectivités locales (DGCL) a mis à jour son guide pratique des états de la dette, qui comporte des indications méthodologiques pour compléter les annexes au budget sur l’état de la dette. Ce guide s’attache en particulier à la transcription des emprunts structurés dans les annexes des documents budgétaires. Son but, explique la DGCL, « est à la fois d’apporter une aide aux services financiers des collectivités (…) et de permettre une meilleure appréhension des risques encourus par la souscription des emprunts structurés pour les élus et les citoyens ». Les nouvelles informations, par rapport au guide 2013, sont mises en couleur. Elles reprennent les modifications apportées à la nomenclature M14. Le compte 166, « refinancement de la dette », a été réaménagé. Il concerne le remboursement anticipé d’un emprunt, lui-même financé par un nouvel emprunt. Il faudra désormais donner les informations à la date du refinancement, qui est une solution courante de « sortie » d’un emprunt toxique – en général les deux emprunts sont effectués auprès de la même banque, l’emprunt toxique étant remplacé par un prêt plus simple. Les modifications présentées sont applicables aux documents budgétaires pour l’exercice 2014, votés à compter du 1er janvier 2014. Toutefois, la simplification liée au renseignement du coût de sortie des emprunts entrée en vigueur au 1er janvier 2014, est applicable aux comptes administratifs 2013. Le guide comporte également une foire aux questions. La DGCL y rappelle que « si une collectivité ne détient aucun emprunt, elle n'a pas à fournir les états relatifs à son endettement » ; cependant, « si une collectivité n'a pas contracté d'emprunt nouveau durant l’exercice mais détient un stock d'emprunts, elle devra tout de même renseigner ces emprunts sur les états de la dette ». Pour télécharger le guide.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right