Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La Bretagne au secours de Tilly-Sabco

Non classé
28 mars 2014

L’Etat, le Conseil régional de Bretagne et la CCI de Morlaix ont décidé de soutenir l’évolution de l’entreprise Tilly-Sabco (abattage et exportation de volailles), en grande difficulté, en lui apportant 4 M€ en avances remboursables. En contrepartie, les titres de l’entreprise sont transférés dans une fiducie de gestion, structure juridique qui permet de garantir aux prêteurs publics la cession des titres à un repreneur. Daniel Sauvaget, président de Tilly-Sabco conserve le contrôle opérationnel de la société. L’objectif des pouvoirs publics est de préserver l’outil industriel de Guerlesquin et les emplois en permettant l’arrivée d’investisseurs nouveaux capables de financer un projet industriel viable sur le marché du poulet grand export. Toutes les solutions de poursuite de l’activité doivent désormais être explorées. Les intervenants publics considèrent que la restructuration de cette filière qui doit encore gagner en compétitivité, permet d’asseoir et de développer la place des opérateurs français sur les marchés grand export. En effet, la demande de viande de poulet est croissante dans le monde. Les marques françaises sont reconnues dans plusieurs pays et notamment au Moyen-Orient. Dans ce marché, la filière agroalimentaire de Bretagne a toute sa place et les atouts nécessaires.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right