Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Jean-Bernard Conrad nouveau président du SER

Non classé
13 mai 2014

Jean-Bernard Conrad vient d'être porté à la présidence du Syndicat des équipements de la route (SER). Il s'est fixé deux objectifs prioritaires : réaffirmer le rôle central des équipements de la route dans la sécurité routière et se rapprocher des usagers de la route et de la rue afin de mieux répondre à leurs nouvelles attentes. La création de deux nouvelles sections « Sécurité, balisage, chantiers » et « Mobiliers et aménagements urbains » constituent un symbole fort de cette nouvelle orientation. Dès sa nomination, Jean-Bernard Conrad a voulu réaffirmer le rôle essentiel des équipements de la route dans la sécurité routière. Un engagement que le nouveau Président souhaite renforcer dans les mois à venir, en développant des partenariats et des relations étroites avec l'ensemble des parties prenantes impliquées dans le monde de la route : adhérents, pouvoirs publics, associations et usagers de la route etc. Jean-Bernard Conrad entend également sensibiliser davantage les pouvoirs publics sur la nécessaire sauvegarde du patrimoine routier et autoroutier, élément essentiel de la sécurité routière. Jean-Bernard Conrad a fait toute sa carrière (1974 – 2012) chez Pass et Cie France dont il était le dirigeant-propriétaire avant de devenir, en 2012, conseil du pôle équipements des sociétés Agilis-Pass lors de leur rachat par le groupe NGE. Président de la section « dispositifs de retenue » du SER depuis 2006, il connait très bien le syndicat pour en avoir été membre pendant plus de 20 ans.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right