Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Interopérabilité des équipements : en attendant une norme internationale

Non classé
30 novembre 2013

Lors de la construction d’un réseau, la collectivité doit veiller à ce que la police nationale, la gendarmerie ou le parquet puissent recevoir des images exploitables.

Le principal souci vient de l’horodatage, par exemple incompatible d’un système à l’autre car, inclus dans les métadonnées avec un encodage différent pour chaque constructeur, et pas sur l’image.

Les constructeurs préparent des normes internationales IEC 62676-1 et 2 qui permettront aux systèmes de communiquer entre eux ou de remplacer des éléments de chaine de gestion de l’image par des modules nouveaux sans soucis de compatibilité. Depuis 2008, la majorité des plus grands constructeurs et éditeurs de logiciels se sont regroupés dans le forum ONVIF pour développer des systèmes qui communiquent entre eux. La liste des fabricants et produits figure sur leur site (www.onvif.org). L’entreprise Genetec développe des solutions sur ce standard dans 80 pays.

L’association professionnelle Forum Open-IPVideo assure la promotion d’un environnement de vidéo-gestion ouvert.

Elle aide les utilisateurs dans leur choix techniques et économiques quel que soit le constructeur ou l’éditeur du matériel. Des développeurs comme Mobotix réalisent des passerelles logicielles entre solutions incompatibles.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right