Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Énergies : signature de la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires

Non classé
31 octobre 2013

Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, et Philippe Martin, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ont signé la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires aux côtés de nombreux acteurs publics et privés, à l’initiative de Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable. 30 signataires ont relevé le défi de l’engagement volontaire, anticipant ainsi la mise en application du décret de rénovation énergétique des bâtiments tertiaires qui sera publié en 2014 conformément à l’engagement du président de la République lors de la deuxième conférence environnementale, le 20 septembre 2013. Avec près de 44 % de la consommation d’énergie en France, le bâtiment est le secteur économique le plus énergivore, générant près du quart des émissions nationales de gaz à effet de serre. L’engagement de l’ensemble des acteurs est donc indispensable à l’atteinte des objectifs de la France en matière de climat (division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050) et de consommation d’énergie (-38 % dans le secteur du bâtiment en 2020 et réduction de moitié de notre consommation d’énergie finale à l’horizon 2050). En amont de la publication du décret, le gouvernement souhaite que cette charte suscite, sur une base volontaire, une mobilisation massive en faveur de l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Celle-ci permettra de réduire les factures énergétiques des entreprises — et donc d’améliorer leur compétitivité, de réduire les coûts le fonctionnement des administrations et de soutenir l’emploi dans la filière du bâtiment et de l’immobilier. La charte est ouverte à la signature de tous les acteurs publics et privés du secteur tertiaire désireux de s’engager dans cette démarche. Elle est également ouverte aux organismes collectifs qui rassemblent les acteurs du parc tertiaire public et privé : associations, fédérations qui promeuvent les intérêts d’un métier ou d’un segment particulier du parc.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right