Assurer la sécurité des paiements

Non classé
31 janvier 2014

L’argent, fruit de notre cher labeur a besoin d’être protégé. Pour l’euro, l’État veille sur nos dépôts (à hauteur de 100 000 €) et à la valeur de la monnaie. Pour les monnaies complémentaires la méthode est différente. Pour lancer leurs projets, la Pêche et Sonantes ont déposé ces derniers mois un dossier à l’ACPR, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Cette structure administrative indépendante, fondée en janvier 2010 par ordonnance, surveille l’activité des banques et des assurances en France. Sa mission est de préserver la stabilité du système financier et protéger les clients, assurés, adhérents… L’État tolère les initiatives locales limitées car, en principe, il est le seul à disposer du droit régalien de « battre monnaie ».

 

Apporter des garanties
Mais une autorisation administrative ne suffit pas seule à rassurer les usagers. « À Saint-Quentin-en-Yvelines, nous avions mis en place un prélèvement de 0,5 % pour, d’une part, constituer un fonds de garantie et d’autre part, financer le travail des animateurs du système en euro et monnaie complémentaire », rappelle Armand Tardella. À Nantes, Sonantes est financée et garantie sur les fonds propres du Crédit municipal, cheville ouvrière du projet qui se donne trois ans pour atteindre l’équilibre. Un observatoire surveillera, sur le système informatique de la chambre de compensation nantaise, les encours trop importants des utilisateurs. Un solde trop élevé signale qu’ils ne trouvent preneur en Sonantes et prévient du risque d’une dépréciation de la monnaie d’où la nécessité d’un correctif. À Montreuil où la Pêche a décidé de s’échanger avec des billets, « l’association qui gère la monnaie a retardé son lancement pour prendre le temps de travailler avec un imprimeur capable de sécuriser ses billets de 1 à 50 pêches, assure Wandrille Jumeaux, chargé de mission intercommunalité, partenariats institutionnels et financements européens aux services de la ville. À Montreuil, pas moins de 95 % des euros collectés seront conservés sur un fonds de réserve placé dans une institution financière solidaire et éthique qui pourra, à terme, financer des projets conformes à son objet social ». Enfin, pour cette monnaie qui ne connaît pas la spéculation dans ses gènes, le krach boursier et une dévaluation lui sont inconnus.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right