André Laignel s’insurge contre la réforme territoriale

Non classé
11 juin 2014

Le premier vice-président délégué de l’AMF et président du Comité des finances locales, André Laignel, vient de publier une tribune dans laquelle il s’avère très critique à l’égard de la réforme territoriale. Il la résume, d’ailleurs, en trois mots : « extension, dévitalisation, évaporation ». L’élu se prononce contre l’extension des compétences des régions et des intercommunalités. « La course à l’agrandissement doit plus à l’esprit de système qu’à celui de finesse. Ainsi, si certaines fusions relèvent du bon sens, d’autres confinent à l’absurde. Ni le nombre d’habitants ni la superficie d’un territoire ne font la puissance d’une région. La décentralisation, c’est rapprocher le pouvoir du citoyen ; ici, c’est l’inverse qu’on nous propose », affirme-t-il. Sur la « dévitalisation », elle « serait le sort réservé aux départements ». André Laignel précise d’aileurs que « Si la question de la pertinence du département peut se poser en milieu urbain, sa nécessité est avérée dans l’espace rural dont les métropoles régionales seront souvent très éloignées et les intercommunalités – même à 20 000 habitants - insuffisamment fortes ». André Laignel juge enfin que la réforme territoriale, dans sa version actuelle, va conduire à « l’évaporation » des communes. « Le projet annoncé est celui de la dilution des communes », assène-t-il.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right