Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Administration numérique : Numergy retenu en Bretagne

Non classé
26 avril 2014

Numergy a été retenue aux côtés de Bull par Mégalis Bretagne pour participer à la rénovation de sa plateforme régionale de services d’administration numérique. La phase de déploiement débutera prochainement pour se conclure le 1er janvier 2015 par la mise en production de l’ensemble des services accessibles aux 7 000 agents publics et à près de 30 000 entreprises. Cette plateforme régionale rénovée s’inscrit dans la continuité de la plateforme actuelle mise en œuvre en 2007. Cette initiative mutualisée demeure une exception en France par sa dimension régionale et par ses services d’administration numérique qu’elle offre et les taux obtenus de dématérialisation des procédures. Mégalis Bretagne a choisi de mettre en place un hébergement de tous les services mutualisés de la plateforme dans « un Cloud souverain » Pour ce faire, elle a fait appel à Numergy, associé à Bull, pour mettre en œuvre une plateforme d’hébergement de serveurs. Créé en 1999, le Syndicat mixte de coopération territoriale Mégalis Bretagne est une structure fédératrice qui regroupe 105 membres : le Conseil régional de Bretagne, les quatre conseils généraux de Bretagne, 11 communautés d’agglomération, 89 communautés de communes (sur les 92 EPCI bretons). Aux termes des statuts adoptés le 22 mars 2013, les nouvelles compétences du Syndicat mixte s’articulent autour d’actions fondamentales : animer et gérer le projet Bretagne très haut débit, encourager le développement des usages des réseaux de communications électroniques, favoriser le développement de l’administration électronique.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right