Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

A Nice, chaque nouveau bus acheté est accessible. Le renouvellement du parc représente un budget annuel de près de 6 M d’€uros

Non classé
30 avril 2012

Afin de rattraper les retards pris en matière d’accessibilité et transformer la ville en une cité accessible et professionnaliser les services aux personnes porteuses d’un handicap - ils étaient quasi-inexistants jusqu’en 2008 - la ville de Nice met les bouchées doubles. Et notamment dans les transports publics. Aujourd’hui, 227 véhicules du réseau lignes d’Azur sont accessibles aux PMR, soit 56% de la flotte totale (75% sur Nice).Chaque nouveau bus acheté est accessible. Le renouvellement du parc représente un budget annuel de près de 6 M d’€uros.

6,7 millions d’euros investis (2,5 millions en 2010) pour la mise en accessibilité des arrêts de bus représentent environ 50% des investissements de Nice Côte d’Azur sur la voirie de transport. Le réseau de bus est constitué de 2000 points d’arrêts de bus. Parmi eux, 74 % se situent sur la commune de Nice. Le réseau Lignes d’Azur est à ce jour équipé de 295 arrêts de bus accessibles, soit 15 % du total des arrêts. Parmi ces arrêts déjà rendus accessibles, les aménagements ont tous répondu à des choix et des priorités préalablement définis : arrêts desservant des établissements recevant du public de type universités, hôpitaux, gares, pôles d’échanges, centres administratifs, centres commerciaux, etc. Le tramway est quant à lui 100% accessible.

Les quais de stations sont longs de 40 m, larges de 3 m et hauts de 30 cm. Ils sont systématiquement accessibles à chaque extrémité par des rampes de 6 mètres de long permettant une accessibilité aisée pour les fauteuils roulants (pentes limitées à un maximum de 5 %). De manière générale, il a été recherché des déplacements aisés et le plus court possible depuis les stations jusqu’aux trottoirs les plus proches.

A l’intérieur des rames, pour le confort des passagers, le bouton d’ouverture de porte a été abaissé. Les 28 rames de tramway sont toutes équipées de girouettes avant, latérales, arrière indiquant la destination de la ligne. La charte graphique est identique à celle du réseau de bus pour les pictogrammes. Un système d’information dynamique visuelle et sonore répond aux exigences du décret du 3 mai 2007 : annonce de la ligne et de la destination, annonce du prochain arrêt, annonce de l’arrêt, signalement des situations perturbées en temps réel, signal sonore d’ouverture et de fermeture des portes automatiques.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right