3 questions à… Yazid Kherfi Consultant en prévention urbaine

Non classé
10 février 2015

Comment accompagnez-vous les municipalités dans leur démarche de développement du dialogue social face à la délinquance ?

Les collectivités locales font appel à moi pour des préconisations. Ma première mission est de quadriller le terrain. Je rencontre les habitants, les jeunes, les créateurs de conflits et les différents acteurs de la ville. J’analyse toutes les attentes et les besoins. L’idée est ensuite de décrypter les raisons de cette violence, et d’inciter à développer un sens critique sur les comportements en détectant les incohérences sur les actes ou les manquements face aux problématiques. Il faut ensuite mettre en place les solutions en respectant un dynamisme commun.

Sentez-vous les jeunes en diffi cultés réellement prompts à dialoguer avec la municipalité ?

Ils manquent de repères, ne comprennent pas les enjeux, sont désabusés. Ils sont résignés, ils ne croient plus en rien, ne font confi ance à personne. Ils sont constamment méfiants et en position de défense. Il y a beaucoup de travail à accomplir mais il suffit de quelques bonnes initiatives et que quelques éléments montrent l’exemple pour ouvrir la voie. Je reste optimiste.

Comment restaurer le dialogue avec les policiers municipaux qu’ils voient comme des bourreaux ?

Les policiers manquent peut-être d’expérience et de patience… On peut comprendre que beaucoup aient abandonné la voie du dialogue face à leur métier répréhensif. Il serait bon d’enrichir leur formation, qu’une partie de leur encadrement soit assurée par des policiers qui ont plus de vécu. Il faut également qu’ils comprennent que la tenue ne favorise en rien le dialogue. Elle entraîne directement un déséquilibre bon-méchant, comme si l’un parlait à l’autre deux étages plus haut en lui demandant de l’entendre. Alors d’accord, ça reste des policiers qui parlent à des jeunes éventuellement coupables de petits délits, mais les deux n’en sont pas moins des êtres humains.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right