Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

13 Habitat : une pompe à chaleur sur eaux usées

Non classé
28 février 2014

La prise en compte des enjeux environnementaux, 13 Habitat, premier office HLM en PACA, l’applique à son parc existant. Les 216 logements de la cité des Nouveaux Chartreux, à Marseille, profitent depuis plus d’un an d’une pompe à chaleur reliée au réseau d’assainissement. Ce dispositif couvre 60 % des besoins en énergie (chauffage et eau chaude sanitaire) des locataires de la cité. Le complément étant assuré par la chaufferie existante au gaz. Grâce à ce dispositif, les économies sur les charges des locataires s’élèveront désormais à 30 000 euros par an. Pour le fonctionnement de cette pompe à chaleur, une convention d’occupation du réseau d’assainissement a été signée avec la Communauté urbaine de Marseille Provence Métropole. Techniquement, le système développé s’appuie sur un échangeur thermique au fond des canalisations d’eaux usées.

À l’intérieur de plaques en inox, posées au fond de la cunette du collecteur d’eaux usées, circule un fluide caloporteur qui est réchauffé par les eaux usées. Ce fluide alimente une pompe à chaleur eau/eau d’environ 600 kW qui assure une partie du chauffage et de la production d’eau chaude sanitaire du bâtiment. Il circule en boucle fermée de l’intérieur des échangeurs à la chaufferie du bâtiment. L’échangeur garantit la séparation du réseau de chauffage de celui des eaux usées. Quant à la pompe à chaleur, elle va démultiplier les calories prélevées et élever la température de l’eau de chauffage jusqu’à 50 °C avant son entrée dans les chaudières gaz afin d’assurer le chauffage du bâtiment. L’eau chaude sanitaire sera également préchauffée faisant passer la température de l’eau froide soutirée de 10 à 38 °C environ, le complément étant également assuré par les chaudières.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right