Hélène Guillet, présidente du SNDGCT : « Les responsabilités qui incombent aux directions générales sont nombreuses, il est important que les contours de leurs missions soient clarifiés »

Les acteurs
12 janvier 2023

Entretien avec Hélène Guillet DGS du centre de gestion de la Loire-Atlantique et présidente du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) pour le mandat 2022-2025. Avec son équipe, elle a fixé un cap : « agir pour l’avenir ».

Vous avez pris vos fonctions à l’issue des Assises Territorialis organisées à Bordeaux à l'automne 2022. Quelles sont vos ambitions pour le syndicat ?

J’entends poursuivre et développer tout ce qui fait l’ADN de notre syndicat à savoir la promotion, la valorisation et la défense des fonctions de direction générale que l'on soit DGS ou DGA. Toutes les actions mises en place jusqu’à présent nécessitent d'être amplifiées, notamment tout ce qui relève de notre contribution sur les grandes questions de la fonction publique territoriale comme l'attractivité de l'emploi public, la qualité de vie au travail, la place des agents sur le territoire, dans la gouvernance et dans le lien avec les usagers, le développement durable, … Enfin, nous continuerons à porter une parole forte en matière de coopération et de réseau pour contribuer à la mise en œuvre d’une action publique performante.

« Agir pour l'avenir », c’est le cap que vous avez fixé. Quelles seront vos premières actions ?

Nous avons amorcé avant même ma prise de fonction un échange avec Stanislas Guérini, le ministre de la Fonction et de la Transformation publiques, pour réaffirmer notre attente en matière de reconnaissance de nos fonctions par la voie réglementaire. Les responsabilités qui incombent aux directions générales sont nombreuses, il est important que les contours de leurs missions soient clarifiés. Nous serons très pro-actifs par rapport au calendrier gouvernemental. Ainsi, nous participerons à tous les chantiers portant sur la réforme territoriale et aux travaux sur l'attractivité de la fonction publique territoriale. Nous mènerons aussi des d'actions à destination de l'ensemble de nos partenaires financiers et tous ceux qui nous soutiennent. D’ores et déjà sont prévus toute une série de rendez-vous institutionnels pour présenter notre nouvelle équipe et échanger sur les différentes thématiques. Prochainement, je partirai à la rencontre de nos adhérents des sections départementales et des unions régionales. Ce lien fort avec les territoires fait partie des axes majeurs de mon projet.

Vous êtes la première femme à la tête de cette organisation. Envisagez-vous des actions pour promouvoir la place des femmes dans les postes de direction générale ?

J'ai créé au sein de l’exécutif des fonctions de conseillers stratégiques. L'une d’elles portera sur l'égalité et la diversité. L'idée étant à la fois de travailler sur notre organisation interne mais aussi d'aider et d'accompagner nos adhérents des sections départementales et des unions régionales à faire le point sur la place des femmes et la diversité dans leurs propres organisations. Encore faut-il savoir d'où nous partons et de quoi nous parlons. Les premiers mois de l'année 2023 seront consacrés à la réalisation d’un état des lieux avant d’engager les discussions et mettre en place des plans d'action concrets. Je souhaite que nous puissions également travailler sur ces questions avec nos partenaires et que soit renforcée la communication non genrée au sein du syndicat.

De quelle manière allez-vous soutenir les fonctions de direction générale ?

Ces fonctions sont exaltantes, très complexes et étroitement imbriquée à la fonction politique, donc très en danger du fait de l'absence de reconnaissance du cadre de responsabilité. Les fonctions de DGS et DGA sont méconnues quand elles ne sont pas totalement ignorées. Comment avoir envie de s'engager et s'investir dans un métier dont on ne sait même pas qu'il existe ? Nous devons agir sur ces questions mais nous n’y arriverons pas seuls. Nous devons impérativement travailler avec les élus, les associations de territoriaux, les partenaires et aussi les médias pour donner à voir tout ce qu'il est possible de faire en tant que DG. J'ai désigné une vice-présidence à la communication dont l’une des missions portera sur la valorisation de cette fonction.

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right