Hausse des factures énergétiques : Amorce publie un Plan d’urgence Sobriété

Les acteurs
06 octobre 2022

AMORCE consulte plus de 200 collectivités et publie un Plan d’urgence Sobriété « 10 actions pour aider les collectivités à passer l’hiver ».

« Avant la crise énergétique de ce début d’année, les collectivités locales dépensaient 3,86 milliards d’euros pour couvrir les consommations énergétiques de leur patrimoine (bâtiments publics, éclairage public, flotte de véhicules...) soit environ 57 €/habitant et 5 % de leur budget de fonctionnement » explique l’association Amorce dans un communiqué. Or cette facture va exploser en 2022 et 2023 impactant ainsi durement les finances locales et le maintien de services essentiels à la population.

Face à cette crise sans précédent, AMORCE, l’AMF et Intercommunalités de France, avec le soutien de la Banque des Territoires, ont travaillé cet été sur une proposition de plan à mettre en place par les collectivités, dans le but de limiter la hausse des factures. De ce travail de partage et faisant écho au plan d’urgence sobriété énergétique de l’État présenté ce 6 octobre, AMORCE et les associations partenaires publient leur proposition de plan de sobriété pour les collectivités. Des mesures d’urgence applicables à court terme et pour faire face à l’hiver difficile qui s’annonce. « « Toujours en première ligne, les collectivités n’ont pas attendu cette crise pour appliquer des mesures de sobriété énergétique, explique Nicolas Garnier, Délégué Général d’AMORCE. Elles n’espèrent pas du plan de sobriété de l’État un simple rappel mais le déblocage de moyens conséquents pour la mise en œuvre de mesures court-terme pratiques (installation de thermostats, de régulation, etc.) et moyen-terme (rénovations globales des bâtiments). »

La première action proposée consiste à établir une estimation globale des consommations d’énergie des bâtiments et services pour cibler les priorités. AMORCE propose pour cela un outil en ligne gratuit, indépendant et rapide d’utilisation, e-SHERPA. Il permet d’identifier les bâtiments les plus énergivores de leur parc ; comparer les consommations de leurs bâtiments avec la moyenne nationale ; identifier les actions les plus efficientes économiquement et écologiquement ; estimer les coûts et financements mobilisables pour chacun de leurs bâtiments. Les actions suivantes consisteront à :mobiliser les agents de la collectivité ; Installer des dispositifs de régulation des températures dans les bâtiments et vérifier leur bon fonctionnement ; Réguler à 19°C les bâtiments publics occupés et en « hors-gel » les bâtiments inoccupé ; Réduire l’intensité et les plages d’éclairage public ; Former les agents à l’écoconduite et optimiser les déplacements ; Couper l’eau chaude sanitaire ; Réduire la saison de chauffe ; Interdire l’usage d’appareils électriques et enfin, éteindre l’éclairage des monuments et les enseignes lumineuses.

Par ailleurs, 100 autres pistes de travail ont été évoquées et sont présentées dans le Plan d’urgence Sobriété : 10 actions pour aider les collectivités à passer l’hiver et autres pistes de travail

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right