Quand des jeunes sans emploi reprennent le chemin de l'école

L'élu et le citoyen
03 octobre 2019

INITIATIVE. Depuis l’ouverture du premier établissement à Marseille en 1997, les écoles de la 2e chance permettent la réintégration professionnelle de jeunes sans qualifications ni emploi. Chaque année, ils sont environ 15 000 à bénéficier de ce dispositif d’insertion.

À RETENIR

130 C’est le nombre de sites-écoles du réseau à travers la France.

100 000 stagiaires ont été formés depuis 1998.

60 % C’est le pourcentage de réussite du dispositif.

Source : Réseau E2C

Les jeunes bénéficiaires ont en moyenne 20 ans et 6 mois. Ils ont pour la plupart rencontré quelques difficultés dans leur parcours et décidé de réinvestir leur vie professionnelle, sociale et citoyenne. Si les 130 écoles françaises sont ouvertes à tous, sans distinction, seuls les plus motivés parviendront au terme de la formation proposée après la signature d’un contrat. « Souvent, ces jeunes sont en rupture avec la société. Or les écoles ont besoin de connaître leurs motivations afin de mieux les aider », explique Alexandre Schajer, le président du réseau national des écoles de la 2e chance (E2C), créé en 2004. L’entrée dans le dispositif se fait en deux temps. Une première période de quatre à six semaines pour déceler les compétences informelles du jeune candidat se soldera par une semaine, au moins, en entreprise pour tester ses habilités sociales. Puis vient la signature d’un engagement de formation qui marquera l’entrée effective dans le parcours avec une période de cinq à six mois de travail en alternance dans une entreprise. L’approche par compétence, l’apprentissage de l’autonomie, la découverte de différents métiers, la définition du projet professionnel et l’individualisation du parcours sont les éléments clés du système. « Notre approche pédagogique est très libérale, car il est important de suivre chaque personne individuellement dans sa propre progression », assure le président d’E2C.

LES ENTREPRISES, LA CLÉ DU SYSTÈME

C’est l’ancrage local qui assure le succès des écoles de la 2e chance. Tout comme la participation des entreprises à leur gouvernance. « Grâce à cet ancrage local, toutes les écoles ont effectivement une bonne connaissance de l’économie locale, des entreprises et leurs besoins. Nous n’avons pas de mal à trouver des stages pour nos élèves dans les entreprises. Ces dernières ont intégré le fait qu’elles ont un rôle social à jouer », estime Alexandre Schajer. Ainsi, récemment, le groupe Orange s’est associé au réseau E2C afin de favoriser le parcours des jeunes au sein de l’entreprise en leur proposant des stages de découverte de ses métiers, au sein de ses directions locales et nationales. Nouer des relations avec les entreprises, c’est la mission des « chargés de relations entreprises » qui ont été embauchés au sein de chacune des structures. « Ils ont une mission de communication. Ce sont eux qui approchent les entreprises, qui aident les équipes pédagogiques à faire le lien entre les besoins des stagiaires et ceux des entreprises. Ils s’occupent aussi de préparer la sortie des jeunes à la fin du parcours », ajoute Alexandre Schajer. À l’issue de leur formation, six jeunes sur dix se dirigeront vers l’emploi ou une autre formation. Quant aux autres, ils intégreront, pour certains, d’autres dispositifs de suivi. Aujourd’hui, les régions sont les premiers financeurs des écoles de la 2e chance (35 %), suivies par l’État (30 %), puis les collectivités locales, environ 10 %, et le Fonds social européen (FSE) qui finance environ 15 %.

Blandine Klaas

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right