Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

Le département, « un échelon déterminant » selon les Français

L'élu et le citoyen
02 décembre 2021

Alors que se tiennent les premières assises des départements de France à Bourg-en-Bresse (Ain) les 1er, 2 et 3 décembre, les résultats d’une enquête Ifop témoignent de la confiance des Français envers les Départements et de leur désir d’approfondissement de la décentralisation, au plus près de leurs besoins.

Près de 80% des Français sont attachés à leur Département et notamment les 25-34 ans, qui figurent parmi les tranches d’âges les plus représentées. Mais au-delà de l’attachement, ce sont près de ¾ des Français qui se disent convaincus que les Départements peuvent répondre à leurs besoins révèle cette enquête ifop sur l’image des Départements auprès des Français, réalisée les 16 et 17 novembre derniers. En effet, l’évaluation de l’action de cet échelon dont les missions de solidarités sont prédominantes est largement positive. L’enquête permet de constater d’ailleurs que ceux qui peuvent bénéficier de manière directe de l’action des Départements ont bien identifié cet acteur.

Les français réclament une réelle décentralisation

A l’instar des élus départementaux, l’étude pointe le même élan chez les citoyens, en faveur d’une plus grande décentralisation. Près de la moitié des Français sont favorables à un élargissement des compétences confiées aux Départements (46%). Cette volonté, qui date de plusieurs années, s’est intensifiée avec le temps (+ 6% depuis mars 2005). Les Français désirent même aller plus loin puisque 93% d’entre eux souhaitent que les élus départementaux soient écoutés et associés aux décisions par le prochain Président de la République. Si 90% des personnes interrogées attendent davantage de territorialisation des réglementations et politiques publiques, ils souhaitent également également une meilleure collaboration entre les échelons territoriaux, notamment entre les Départements et les Régions. « Cette enquête reflète bien le réel désir des Français de voir territorialiser les politiques publiques, de voir les collectivités locales en capacité de reprendre le contrôle des missions qui leurs sont confiées, avec une réelle liberté d’action, avec de vrais moyens. Nous sommes armés pour répondre à ces défis, et les citoyens le savent. Nous attendons de l’Etat qu’il assume ses missions, et qu’il nous laisse assumer les nôtres » commente François Sauvadet, Président de l’Assemblée des départements de France et du Département de la Côte d’Or.Considérés par deux-tiers des Français comme un échelon déterminant pour réussir la relance et la gestion des nombreux défis à relever (personnes âgées, soutien au développement économique et à l’emploi, protection de l’environnement, réseau routier), les Départements sont également attendus sur les enjeux de l’avenir : développement d’une alimentation responsable et notamment des circuits courts (16%) ; accompagnement dans la prévention et l’anticipation des nouveaux risques liés au changement climatique (11%) et développement des énergies renouvelables (11%).

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right