Newsletter
Vidéos
Rechercher
Mon compte

La Région Bretagne met en ligne son observatoire des données de l’achat public

L'élu et le citoyen
19 mai 2022

Comment l’argent de la collectivité est-il utilisé ? Dans un souci de transparence, la région lance son portail de suivi et d’évaluation de sa politique d’achat. Un site unique en son genre, alimenté par les données produites par la collectivité.

Pour assurer la desserte en train, car et bateau transportant chaque année les 60 millions d’usagers du réseau public Breizh Go, pour construire et moderniser les 115 lycées publics dont elle a la charge ou encore pour fournir les quelque 10 millions de repas chaque année dans les selfs de ces établissements, la Région achète en moyenne 250 à 300 M€ HT par an en biens et services. Afin de mieux piloter et orienter sa politique d'achat, elle s'appuie sur l'analyse de données, centralisées et valorisées sur le site de l'Observatoire : achat-public.data.bretagne.bzh. Le portail est en accès libre pour permettre à tout un chacun de savoir comment l'argent public est dépensé, dès le premier euro, à quelle fin et dans quelles conditions les contrats publics ont été attribués, tout en identifiant les entreprises bénéficiaires.

Un outil d'évaluation et de développement économique

La création de cet observatoire est le fruit du travail engagé en 2018 par la Région Bretagne et de l’adoption de son schéma des achats économiquement responsables, destiné à faire de la commande publique un levier de développement économique, un instrument pour favoriser les transitions écologiques et énergétiques, à renforcer l'impact social positif de ses achats et enfin faciliter l'accès des TPE et PME aux marchés publics. De fait, cet outil de recensement économique de la commande publique permet à la collectivité de mieux évaluer ses impacts sociaux environnementaux et économiques et de favoriser le rapprochement de l'offre et de la demande pour ajuster les besoins en matière de construction, de formation professionnelle, d'offres des transports. En parallèle les entreprises gagneront en visibilité sur les processus, via l'Observatoire, ce qui les aidera à mieux comprendre et répondre aux contrats de la Région.

Paroles de maires

RCL
Question :
Bonjour, comment gérez-vous les véhicules ventouse ? Malgré le signalement à la gendarmerie, le propriétaire ne déplace pas son véhicule. Si nous appelons la fourrière les frais seront pour la commune. Merci pour vos conseils.
Réponses :
Avoir nos rues avec des voitures poubelles qui les encombrent et prennent des places de stationnement n’est terrible. Il n y a pas de solution miracle. Quand il y a une plaque d'immatriculation : appel à la gendarmerie, identification du propriétaire (souvent en région parisienne), recommandé, délai d’un mois pour répondre. Sans réponse et selon l’état de la voiture, prise de photos, constat rédigé par mes soins et épaviste... Je préfère ne pas faire payer les habitants de mon village.
Nous sommes élus et nous nous devons de rester dans la légalité. Je crois qu'il faut identifier le propriétaire du véhicule et lui envoyer un courrier recommandé en l'obligeant à enlever son véhicule sinon le véhicule sera mis en fourrière et les frais seront à sa charge. Si les élus ne respectent pas les lois, c'est donner une mauvaise image de nous et nous ne devons pas être étonnés si nous sommes de moins en moins respectés.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.
arrow-right