"Lutter contre les fractures territoriales est notre principale mission"

Finances locales
03 octobre 2019

SOLUTION. Un an et demi après la création de la Banque des territoires, son directeur Olivier Sichel, numéro deux de la Caisse des Dépôts, dresse un premier bilan avec 12,8 Md de prêts engagés en 2018, et escompte qu’au moins autant de projets devraient être financés cette année. Rencontre.

RCL : Présentez-nous la Banque des territoires. Quel est son rôle ?

Olivier Sichel : Depuis sa création, en 2018, la Banque des territoires accompagne les projets de développement et de vitalité des territoires, grâce à ses 35 implantations réparties dans tout le pays, y compris en outre-mer, et ses 800 conseillers en relation avec l’ensemble des acteurs des écosystèmes locaux. Elle regroupe tous les moyens financiers de la Caisse des Dépôts pour offrir plus de proximité. Notre ambition est d’accélérer les projets et la transformation de tous les territoires et de renforcer de manière durable la cohésion économique et sociale de la France en réduisant les inégalités territoriales. Pour ce faire, nous avons, en quelques mois, déployé de gros moyens : 12,8 Md de prêts destinés aux collectivités locales et au logement social. Nous avons également investi près de 1 Md en fonds propres dans le très haut débit, mais également dans les infrastructures ou le tourisme. Enfin nous accompagnons les collectivités dans la définition de leurs projets et leur mise en place opérationnelle en leur fournissant l’ingénierie territoriale nécessaire.

Dix-huit mois après sa création, quel bilan en tirez-vous ?

O. S. : Le bilan est très positif. Nous sommes bien accueillis par les élus locaux des petites et moyennes villes qui depuis des années avaient perdu contact avec la Caisse des Dépôts, convaincus qu’elle n’intervenait que dans le cadre de grands projets émanant des métropoles. Aujourd’hui, ces collectivités sont en contact au quotidien avec nos équipes, redécouvrant les outils financiers de la Caisse des Dépôts. Pas moins de 500 rencontres se sont déjà tenues au premier trimestre 2019 et l’on voit déjà les premiers projets se réaliser.

Quels sont les montants engagés la première année ?

O. S. : Sur l’année 2018, nous avons engagé 12,8 Md de prêts aux organismes de logement social et aux collectivités territoriales, auxquels s’ajoutent près de 800 M d’investissement. Nous avons notamment consacré 239 M au développement de territoires plus connectés, 182 M à celui de territoires plus durables et 43 M à des territoires plus inclusifs.

Vous êtes-vous fixé une enveloppe pour 2019 ?

O. S. : Absolument pas. Le montant des prêts évolue en fonction des besoins des territoires et de la qualité des projets. En revanche pour le programme Coeur de Ville, nous nous sommes fixé une enveloppe globale de 1,7 Md . Ce qui est important de noter, c’est que nous ne fixons pas de seuil minimum. Nous pouvons très bien prêter 100 000 à une collectivité locale et accorder un crédit de 100 M , voire plus à une autre collectivité. Nous traitons les petits comme les grands projets en matière de prêts comme d’investissements. D’autant plus que nos directions régionales sont désormais autorisées à engager jusqu’à 2 M d’investissements dans des projets immobiliers ou touristiques. Ce qui accélère le processus.

D’où le lancement de la plate-forme digitale…

O. S. : Effectivement. Notre site banquedesterritoires.fr a vocation à être, à terme, la plate-forme de référence du développement des territoires. Et c’est l’occasion de toucher toutes les petites collectivités.

En matière de logement social, avez-vous été jusqu’au bout de vos engagements ?

O. S. : Nous avons subi dans un premier temps l’attentisme des acteurs du secteur, avec ce que l’on a appelé « la clause de revoyure », organisée par le ministre du Logement, qui a lancé une grande réforme autour de la réduction du loyer de solidarité (RLS), qui, de facto, a tiré vers le bas les revenus des offices de logements sociaux. Et qui dit baisse de revenus, dit baisse de la capacité d’autofinancement. Ce qui a favorisé l’attentisme des acteurs. Faute de visibilité, le début d’année a plutôt été en demi- teinte. La réalisation du Pacte productif a relancé la machine. Coconstruit par le ministère du Logement, la Banque des territoires et divers organismes, dont Action Logement, sur la base du Pacte productif, les fédérations se sont engagées à construire 120 000 logements en échange de nouveaux outils financiers que la Banque des territoires a mis en place. Nous avons ainsi redonné de la visibilité au secteur pour les trois prochaines années. Mais je confirme, le logement reste une de nos principales priorités, car il répond au besoin primaire des Français. Aujourd’hui, il y a encore trop de logements vétustes, trop de passoires thermiques et nous ne construisons pas suffisamment. Si les métropoles doivent faire face à une demande exponentielle comme à Montpellier (34), qui accueille tous les ans 9 000 habitants de plus, dans les petites et moyennes villes, la problématique est celle de la désertification des centres par les commerçants et les habitants. Pour faire revenir les habitants au coeur des villes, il faut travailler sur la mobilité, le parking et l’accès aux habitations – car les logements sont souvent au-dessus de boutiques –, l’isolation… On voit bien que se loger de manière décente et abordable n’est pas qu’une problématique métropolitaine.

En matière de programme Coeur de ville, le plus difficile n’est-il pas de trouver de beaux projets ?

O. S. : Non, le plus compliqué est de partager les projets. C’est pourquoi nous avons organisé, cette année encore, un événement national pour favoriser les échanges et les bonnes pratiques. Les Rencontres Coeur de Ville à destination des 222 villes du programme ont eu lieu le 1er octobre, à Arras (62).

Propos recueillis par Danièle Licata

L'agenda

RCL
Voir tout l'agenda

Paroles de maires

RCL
Question :
Un maire, donc OPJ, peut-il l’être en dehors de sa commune ?
Réponses :
Non, il est élu OPJ sur sa commune.
Tous les pouvoirs du Maire en tant que représentant de l'Etat ne lui sont octroyés que sur son territoire.
Non uniquement dans la commune où il est élu maire.

Inscrivez-vous dès maintenant sur le groupe Facebook Paroles de Maires pour obtenir des informations quotidiennes sur l'actualité de vos missions.

Copyright © 2022 Link Media Group. Tous droits réservés.